Mont St Jean cou­pé du monde

Les Alpes Mancelles - - La Une - F.A.

« C’est la pre­mière an­née que la com­mune ne pré­sente pas de voeu sur la ques­tion de la té­lé­pho­nie mo­bile au con­grès des maires car on fi­nit par se faire mo­quer ». Cette mise en sour­dine de l’équipe mu­ni­ci­pale de Mont-Saint-Jean n’est une bonne nou­velle pour per­sonne. Elle est en ef­fet le signe qu’à la co­lère, s’ajoute main­te­nant le res­sen­ti­ment. Une dé­cen­nie, « il y a au moins une dé­cen­nie » qu’elle dit qu’il n’y a pas de ré­seau mo­bile sur son ter­ri­toire, sans que la si­tua­tion change. « On a tou­jours des ré­ponses, mais ja­mais la so­lu­tion ». Le maire Da­niel Lefèvre a le sen­ti­ment dé­tes­table que, non seule­ment on aban­donne Mont-Saint-Jean, mais qu’en plus, on lui avance de bonnes rai­sons pour le faire.

Sous la barre

« Même le ré­fé­rent tem­pête – le deuxième ad­joint Jean-Luc Viau- ne re­çoit au­cun mes­sage sur son té­lé­phone mo­bile ! ». Une en­quête avait fi­ni par être di­li­gen­tée sur le ter­ri­toire de Mont-Saint-Jean, en 2015. A en­tendre le pre­mier ad­joint Jean-Claude Garnier, les choses étaient dé­jà mal en­ga­gées, lais­sant ac­croire que les dés étaient pi­pés. « Les élus n’ont pas été conviés » à suivre son dé­rou­le­ment. Aïe, voi­là de quoi pi­quer. « Les me­sures ont concer­né un pé­ri­mètre de 500 mètres au­tour du bourg hors ha­bi­ta­tions car il ar­rive qu’on capte dans les cours… mais pas au-de­là ». Cinq com­munes de la Sarthe ont été consi­dé­rées comme ayant une ré­cep­tion du ré­seau « dé­fi­ciente à 50 % » par la pré­fec­ture : Ve­zot, Li­ve­ten-Saos­nois, Saint-Ré­my-du-Val, Sur­fonds et Saint-Pierre-des­Bois. Mais, à Mont-Saint-Jean, ce pour­cen­tage a été es­ti­mé à 25 %. C’était pas­ser sous la barre du seuil à par­tir du­quel les au­to­ri­tés com­pé­tentes agissent.

Et les éle­veurs ?

« Pour rap­pel, dans une com­mune ru­rale, tout le monde n’ha­bite pas à 500 mètres du bourg ! ». Les élus tou­chés par ce dé­faut de ré­seau mo­bile ont été réunis à la sous-pré­fec­ture de Ma­mers la se­maine der­nière. Jean-Claude Garnier en était. « La ré­ponse qu’on nous fait est standard : il faut at­tendre ». Le maire Da­niel Lefèvre pointe dé­jà deux consé­quences à cet at­ten­tisme for­ce­né. « Si l’im­mo­bi­lier se vend mal en cam­pagne, c’est aus­si parce que le té­lé­phone mo­bile ne passe pas ». Il y a éga­le­ment le tra­vail des agri­cul­teurs, au­jourd’hui « tou­jours connec­tés via leurs ap­pli­ca­tions mo­biles », qui est im­pac­té. Et de ci­ter l’exemple des éle­veurs de Loué, nom­breux sur la com­mune, chez qui cette connexion per­ma­nente est une obli­ga­tion.

Ques­tion de ren­ta­bi­li­té ?

« J’ai tou­jours en tête cet édito de jan­vier 2017 du ré­dac­teur en chef du Chas­seur fran­çais qui ap­pe­lait chez lui, en France, de­puis la Si­bé­rie… ». Pour Jean-Luc Viau, le Père Ubu n’ar­rête pas là ses fa­cé­ties. Le dé­sa­mour des opé­ra­teurs pour Mont-Saint-Jean, il l’ex­plique en une phrase et de­mie. « S’il n’y a pas un nombre de clients im­por­tants, ils ne posent pas d’an­tenne ». 683 ha­bi­tants ne suf­fi­raient donc pas à les convaincre. Sa­chant que la peu­plade ha­bite « un vaste ter­ri­toire mou­ve­men­té, avec une zone boi­sée ». Et tant pis – troi­sième im­pact- pour les quelques té­lé­tra­vailleurs de Mont-SaintJean qui ont dû je­ter l’éponge puis­qu’avec le ré­seau mo­bile, In­ter­net rame aus­si.

L’in­ter­co poin­tée du doigt

« Nous sommes aus­si dé­çus sur la fibre. La Ré­gion nous avait dit que les com­munes les plus éloi­gnées et les moins cou­vertes en té­lé­pho­nie mo­bile se­raient prio­ri­taires ». Or, force est de consta­ter que là en­core, ce n’est pas d’abord le tour de Mont-Saint-Jean. Par­mi les com­munes élues, il y a plu­sieurs sources d’éton­ne­ment, comme Sillé-plage. « C’est des­ser­vi alors qu’il s’agit d’un site de loi­sirs… ». Pas sûr en y pen­sant bien que ce soit d’ailleurs sur­tout à la Ré­gion qu’on en veuille.

« Elle n’est pas dé­ci­deur, c’est l’in­ter­com­mu­na­li­té qui l’est ». Da­niel Lefèvre est d’au­tant plus sur­pris que sa com­mune soit là en­core ou­bliée, que « les four­reaux sont dé­jà po­sés sous la fo­rêt. C’est donc la plus gros qui est fait ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.