« Les mains pour sou­la­ger les ani­maux »

Ins­tal­lée à Criel-sur-Mer, Fré­dé­rique Le­genvre est os­téo­pathe animalière. Elle soigne aus­si bien les chevaux de trait, de course, que les vaches et les chiens et chats de com­pa­gnie.

Les Informations Dieppoises - - Autour De Eu Dieppe -

De­puis sa plus tendre en­fance, les ani­maux sont sa pas­sion. Ins­tal­lée à Criel-sur-Mer, Fré­dé­rique Le­genvre est os­téo­pathe animalière.

Ori­gi­naire de Saint-Ho­no­ri­nede- Char­don­nette, Fré­dé­rique Le­genvre a en­ta­mé une car­rière mi­li­taire avant de dé­ci­der de ve­nir se res­sour­cer dans sa Nor­man­die na­tale. Ti­tu­laire d’un Deug en bio­lo­gie, c’est à l’oc­ca­sion d’un sa­lon étu­diant qu’elle s’est en­ga­gée dans la Ma­rine na­tio­nale. Après une for­ma­tion spé­ci­fique, elle y a oc­cu­pé un poste d’élec­tro­tech­ni­cienne pen­dant 16 ans.

Chan­ger de vie

Sans épa­nouis­se­ment pro­fes­sion­nel et avec une vie de fa­mille tou­jours bous­cu­lée par les nom­breux dé­mé­na­ge­ments liés au sta­tut de mi­li­taire, Fré­dé­rique Le­genvre dé­cide de chan­ger de vie.

Pen­dant quatre ans, en pa­ral­lèle de son tra­vail, elle uti­lise congés et RTT pour re­prendre ses études à l’école d’ostéopathie ap­pli­quée aux ani­maux à Étré­chy en ré­gion pa­ri­sienne. Dans cet éta­blis­se­ment di­ri­gé par JeanMi­chel Bou­dard, elle ob­tient le di­plôme d’os­téo­pathe ani­ma­lier.

En 2014, la dé­ci­sion de dé­mis­sion­ner de la Ma­rine na­tio­nale et de ve­nir s’ins­tal­ler en Nor­man­die est alors mû­re­ment ré­flé­chie par toute la fa­mille. Son époux l’épaule dans son pro­jet de vie et la suit dans ce vi­rage à 180 de­grés.

Ré­cep­tifs aux émo­tions

« Il est né­ces­saire de se sé­pa­rer de tout ce qui est né­ga­tif pour s’épa­nouir. Il faut être bien avec soi-même pour pou­voir soi­gner les ani­maux » dit- elle. Au­jourd’hui, ins­tal­lée à Criel-sur-Mer, Fré­dé­rique Le­genvre est heu­reuse : « J’ai la chance d’exer­cer le mé­tier que j’aime, qui me per­met de conci­lier ma vie pro­fes­sion­nelle et per­son­nelle » .

La jeune femme, qui a été éle­vée dans une ferme, de haut son 1,64 m, n’a peur de rien : elle soigne aus­si bien les chevaux de trait, de course, que les vaches et les chiens et chats de com­pa­gnie. « Il faut se faire confiance, et écou­ter son ins­tinct. Les ani­maux sont ré­cep­tifs à nos émo­tions » confie-t-elle.

Par exemple, « les ânes qui sont très sen­sibles, de­viennent de vé­ri­tables éponges de l’état émo­tion­nel de leur maître. Il est donc es­sen­tiel pour moi, d’être à l’écoute des maîtres, avant de com­men­cer à ma­ni­pu­ler les ani­maux. Après avoir fait connais­sance et ras­su­ré l’ani­mal, je teste sa mo­bi­li­té et ses res­tric­tions et les li­mi­ta­tions de ses mou­ve­ments » ex­pli­quet-elle.

Pour exer­cer sa pas­sion, Fré­dé­rique Le­genvre a be­soin de ses mains et… de sa voi­ture : « Mes mains sont mes ou­tils pour sou­la­ger ma pa­tien­tèle que je vi­site jus­qu’à une heure et de­mie de Criel ». L’os­téo­pathe animalière qui tra­vaille en col­la­bo­ra­tion avec les vé­té­ri­naires et les den­tistes équins du sec­teur, re­çoit aus­si en consul­ta­tion chez elle : « Je soigne au ca­bi­net les chiens, chats, la­pins, sauf si un ani­mal est trop mal pour être dé­pla­cé, dans ce cas c’est moi qui le vi­site à son do­mi­cile » .

Les soins ap­por­tés lors des séances d’ostéopathie animalière, per­mettent, par exemple, de gué­rir les boi­te­ries, de di­mi­nuer les risques de bles­sures ten­di­no-li­ga­men­taires, mais aus­si d’as­sou­plir le dos ou de sou­la­ger un ani­mal qui ne se lève plus ou qui de­vient agres­sif, car il a mal.

PRA­TIQUE

Fré­dé­rique Le­genvre, os­téo­pathe ani­ma­lier, 15, rue du Mou­lin-du-Haut 76 910 Criel-sur-Mer. Tél. 06 87 16 21 17 http://www.os­teo-ani­ma­lia. com

Fré­dé­rique Le­genvre ma­ni­pule et traite ma­nuel­le­ment les dys­fonc­tions de la mo­bi­li­té des ânes, chevaux…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.