Ils ont tout per­du dans ENVERMEU. l’in­cen­die de leur mai­son

Jeu­di 9 no­vembre, un in­cen­die a com­plè­te­ment ra­va­gé une mai­son dans le bourg d’Envermeu. L’oc­cu­pante âgée de 25 ans a été in­toxi­quée et bles­sée. Avec son conjoint et son frère, elle a tout per­du. Un ap­pel à la so­li­da­ri­té s’est mis en place ce week-end.

Les Informations Dieppoises - - Faits Divers - M. H. et A. B.

Une mai­son tout en briques rouges a été com­plè­te­ment dé­truite par un in­cen­die, jeu­di 9 no­vembre, dans le bourg d’Envermeu. Il n’est pas tout à fait 16 h, quand les sa­peurs-pom­piers re­çoivent l’alerte. D’im­por­tantes fu­mées se dé­gagent de l’ha­bi­ta­tion, les flammes sortent du toit et des fe­nêtres.

Dans le voi­si­nage, c’est l’in­quié­tude ; cha­cun sait que Mé­lo­die, l’oc­cu­pante âgée de 25 ans, tra­vaille très tôt le ma­tin dans la grande dis­tri­bu­tion et qu’elle dort l’après-mi­di. Sa mai­son est en feu, mais la jeune femme a réus­si à s’ex­traire des flammes et à ap­pe­ler les se­cours avant d’al­ler se ré­fu­gier chez son père Fran­cis qui ha­bite à cô­té.

In­toxi­quée et brû­lée

Ve­nus des centres d’in­cen­die et de se­cours d’Envermeu, de Saint- Ni­co­las- d’Alier­mont et de Dieppe, ce sont 17 sa­peurs­pom­piers qui sont in­ter­ve­nus rue Saint-Laurent. Une équipe a pris en charge Mé­lo­die en la tran­spor­tant vers les ur­gences du centre hos­pi­ta­lier de Dieppe. Elle a été in­toxi­quée par les éma­na­tions de fu­mées, brû­lée au ni­veau de l’avant-bras et plus lé­gè­re­ment au vi­sage.

Les sol­dats du feu, sous le com­man­de­ment du lieu­te­nant Cives, se sont en­suite at­te­lés à cir­cons­crire les flammes et à en ve­nir à bout grâce à cinq en­gins et deux lances. Sur place, le maire Gé­rard Pi­card, le po­li­cier mu­ni­ci­pal et les gen­darmes étaient là pour consta­ter l’éten­due des dé­gâts.

L’ac­cès au centre bourg pour les au­to­mo­bi­listes s’est avé­ré très dif­fi­cile pour ceux ve­nant de Notre-Dame-d’Alier­mont. Une dé­via­tion a été mise en place pour per­mettre aux sa­peurs­pom­piers d’in­ter­ve­nir dans les meilleures condi­tions.

Il ne reste rien ou presque

Ven­dre­di ma­tin, Mé­lo­die était tou­jours hos­pi­ta­li­sée mais les nou­velles étaient très ras­su­rantes sur son état de san­té. Son père a ten­té de sau­ver quelques ef­fets, une bien maigre col­lecte car tout est cal­ci­né ou noir­ci par la suie. « Les dé­gâts sont très im­por- tants, mais ça reste ma­té­riel, re­la­ti­vise le pa­pa qui, lui, a per­du une col­lec­tion de 3 500 vé­hi­cules mi­nia­tures qui étaient re­mi­sés chez sa fille. Les ex­perts vont pas­ser et nous di­rons si nous pou­vons gar­der les briques de la mai­son pour la re­cons­truire ou s’il fau­dra la ra­ser » .

Les ré­pa­ra­tions risquent d’être longues en rai­son de l’éten­due des dé­gâts et des contraintes : elle est si­tuée dans le pé­ri­mètre pro­té­gé au­tour de l’église No­treDame.

Dix-sept sa­peurs-pom­piers ve­nus de trois centres d’in­cen­die et de se­cours ont été mo­bi­li­sés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.