Des fi­gu­rants veu­lais dans un film tour­né à Saint-Va­le­ry

À l’aise et sou­riants. Ain­si sont-ils sor­tis de cette ma­ti­née de fi­gu­ra­tion dans le film d’In­grid Go­gny, le 9 no­vembre der­nier. Les Veu­lais par­ti­ci­pant sont conscients d’avoir fait peu de chose tout en étant in­dis­pen­sables.

Les Informations Dieppoises - - Fontaine Saint-valery -

Plu­sieurs Veu­lais ont par­ti­ci­pé comme fi­gu­rants au film d’In­grid Go­gny in­ti­tu­lé Ar­rière Sai­son, un court-mé­trage réa­li­sé à SaintVa­le­ry-en-Caux et à Dieppe, la se­maine der­nière. In­grid Go­gny, Rouen­naise, a dé­jà réa­li­sé quatre do­cu­men­taires et Ar­rière Sai­son est son qua­trième court- mé­trage, le­quel a bé­né­fi­cié d’un fi­nan­ce­ment de la Ré­gion.

L’his­toire d’une fille de 35 ans, pro­fes­sion­nel­le­ment pré­caire, qui dé­barque dans un monde nou­veau. So­li­taire, elle ob­tient un job de dan­seuse dans un ca­si­no et fait la ren­contre d’un homme énig­ma­tique.

Par amour de l’art

C’est Gaëlle Noël, elle-même de Veules et éga­le­ment fi­gu­rante dans le film, qui en tant qu’as­sis­tante ré­gis­seuse, forte de ses com­pé­tences en com­mu­ni­ca­tion, dans l’or­ga­ni­sa­tion d’évé­ne­ment ar­tis­tique et riche d’un car­net d’adresses étof­fé dans le sec­teur, s’est char­gée du re­cru­te­ment d’une tren­taine de fi­gu­rants de Veules et Saint-Va­le­ry. Dis­pat­chés sur une se­maine de tour­nage, ils ap­pa­raissent par­ti­cu­liè­re­ment dans des scènes réa­li­sées au ca­si­no de Saint-Va­le­ry.

Jeu­di 9 no­vembre, c’était au tour d’An­nick Noël, Do­mi­nique et Ma­rie- Claire Flo­rence, Isa­belle et Guy Da­vy d’in­ter­pré­ter des clients ri­vés à des ma­chines à sous. Les quatre Veu­lais ont ré­pon­du na­tu­rel­le­ment aux sol­li­ci­ta­tions de Gaëlle. Ce­ci da­van­tage en fonc­tion de leur dis­po­ni­bi­li­té et pour rendre ser­vice que pour le suc­cès ou la gloire qu’ils pour­raient ti­rer de cet ins­tant ci­né­ma­to­gra­phique qu’ils consi­dèrent avec hu­mi­li­té.

Certes, il y a la cu­rio­si­té puisque les fi­gu­rants sont pla­cés aux pre­mières loges du pro­ces­sus, dans le feu de l’ac­tion. Ils peuvent ob­ser­ver les tech­ni­ciens se mettre en place. Le ma­té­riel uti­li­sé. La scène se pré­pa­rer. La ca­mé­ra fixer son ob­jec­tif. La lu­mière se faire. Mais ce sont sur­tout l’in­té­rêt et l’es­time qu’ils ont pour la créa­tion ar­tis­tique en gé­né­ral qui les portent spon­ta­né­ment vers ce genre de par­ti­ci­pa­tion.

Par exemple, Do­mi­nique et Ma­rie-Claire Flo­rence s’in­ves­tissent beau­coup à Veules, qu’il s’agisse de pein­ture, de ci­né­ma avec leur as­so­cia­tion Ci­néOb­jec­tif ou en­core du fes­ti­val Si­tu au­quel ils sont très at­ten­tifs. Donc, d’abord et avant tout par amour de l’art. Ce qui est aus­si un art de vivre se tra­dui­sant en quelques mots : fic­tion, lé­gè­re­té, jeu, dés­in­té­rêt (le bé­né­vo­lat de la fi­gu­ra­tion entre autres). D’au­tant plus évident quand il faut ap­pa­raître dans un film, loin du pre­mier plan. Par­fois de dos, fur­ti­ve­ment, à peine vu.

Il n’em­pêche que le fi­gu­rant, par dé­fi­ni­tion mo­deste, est in­dis­pen­sable. Certes, il fait par­tie du dé­cor, mais sans dé­cor pas de film. Ain­si, en fai­sant ce geste, les quatre fi­gu­rants ont bien conscience de fa­vo­ri­ser l’ex­pres­sion ar­tis­tique. « Il suf­fit d’être là » lance Guy Da­vy sug­gé­rant par ce « là » qu’il n’est pas ques­tion d’un grand rôle de com­po­si­tion. Mais ce peu de chose est beau­coup. Sans être la grâce de l’art, il est un moyen pré­cieux par le­quel la grâce se réa­lise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.