L’aide à do­mi­cile re­crute per­son­nel et bé­né­voles

L’ac­ti­vi­té de l’aide à do­mi­cile en mi­lieu ru­ral est en pleine évo­lu­tion sur le can­ton de Lon­gue­ville-sur-Scie. L’as­so­cia­tion em­bauche et cherche des bé­né­voles.

Les Informations Dieppoises - - Longueville -

La 51e as­sem­blée gé­né­rale de l’ADMR, l’aide à do­mi­cile en mi­lieu ru­ral de Lon­gue­ville-sur-Scie, s’est te­nue lun­di 6 no­vembre sous la pré­si­dence de Co­lette Gré­bo­val. Elle a ac­cueilli Joëlle Ja­biot et Oli­vier Sa­vier, res­pec­ti­ve­ment pré­si­dente et di­rec­teur de la fé­dé­ra­tion dé­par­te­men­tale.

« En 2016, l’ac­ti­vi­té est en aug­men­ta­tion de 5,6 % sur le ter­ri­toire, dé­clare la pré­si­dente. L’ADMR est in­ter­ve­nue sur les 23 com­munes de l’ex-can­ton de Lon­gue­ville, plus deux hors sec­teur : Les Grandes-Ventes et Cro­pus ».

Cette an­née a en­core été dif­fi­cile sur le plan de la ges­tion du per­son­nel. « Les res­tric­tions bud­gé­taires se sont fait sen­tir dans tous les sec­teurs de notre ac­ti­vi­té […]. Nous in­ter­ve­nons pour des mis­sions al­lant de la de­mi-heure à trois quarts d’heure, ce qui gé­nère beau­coup de dé­pla­ce­ments » ajoute la pré­si­dente.

Dif­fi­cul­tés à re­cru­ter

Pre­mier em­ployeur avec 26 sa­la­riés ETP (équi­valent temps plein), c’est près de 42 pro­fes­sion­nelles qui in­ter­viennent de fa­çon ponc­tuelle ou per­ma­nente. Mal­heu­reu­se­ment, l’ab­sen­téisme est im­por­tant. Il re­pré­sente « plus de 18 % de l’ac­ti­vi­té, ce qui per­turbe la bonne marche du ser­vice » pré­cise Co­lette Gré­bo­val. Cette der­nière en a d’ailleurs pro­fi­té pour re­mer­cier cha­leu­reu­se­ment toutes les pro­fes­sion­nelles qui ré­pondent fa­vo­ra­ble­ment à ses sol­li­ci­ta­tions.

« Afin de ne pas lais­ser les per­sonnes ai­dées sans as­sis­tance. Nous sommes conti­nuel­le­ment à la re­cherche de per­son­nel qua­li­fié, in­siste la pré­si­dente. Bien des per­sonnes re­cherchent du tra­vail, mais elles ne sont pas for­mées au mé­tier de l’aide à do­mi­cile. Nous sommes conti­nuel­le­ment à la li­mite pour ser- vir cor­rec­te­ment toutes les de­mandes. D’au­tant plus que les hô­pi­taux gardent de moins en moins long­temps les ma­lades : c’est à l’ADMR de prendre le re­lais ! »

En quête de bé­né­voles

Pour al­lé­ger sa tâche et celle de sa rem­pla­çante fu­ture, la pré­si­dente ai­me­rait trou­ver un dé­lé­gué bé­né­vole par com­mune qui ser­vi­rait de re­lais avec l’as­so­cia­tion. « Soyez per­sua­dés que si notre or­ga­ni­sa­tion évo­lue, nos va­leurs, elles, res­tent les mêmes : so­li­da­ri­té, proxi­mi­té, écoute » , conclut-elle avant de pas­ser la pa­role à Oli­vier Sa­vier.

Le di­rec­teur fé­dé­ral rap­pelle que le rôle du bé­né­vole a chan­gé : « Les mé­tiers se sont pro­fes­sion­na­li­sés. Pour sou­la­ger le tra­vail nous de­vons al­lé­ger la par­tie tech­nique des mis­sions. Le bé­né­vole de­vra sim­ple­ment por­ter les fac­tures et ef­fec­tuer des vi­sites de cour­toi­sie » .

Di­manche 5 no­vembre, la mu­ni­ci­pa­li­té de Sainte-Foy a or­ga­ni­sé le re­pas des aî­nés dans la salle po­ly­va­lente. Les 70 convives ont été ac­cueillis par le maire, Da­vid Chan­de­lier. Ce der­nier était en­tou­ré d’élus mu­ni­ci­paux et de l’ab­bé Oli­vier Méaume, le cu­ré de la pa­roisse.

Les doyens du jour étaient De­nise Cam­pion, née le 2 dé­cembre 1923, et Da­niel Ba­zile, né le 3 dé­cembre 1927. Les huit per­sonnes qui n’ont pu se dé­pla­cer pour des rai­sons de san­té ont re­çu le ma­tin même un co­lis.

Le co­pieux me­nu a été pré­pa­ré par un res­tau­ra­teur de la ré­gion. La coupe de cham­pagne of­ferte par le maire a per­mis aux convives de pas­ser un agréable après- mi­di dans la joie et la bonne hu­meur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.