Le gen­darme de­ve­nu coach

Après plus de 30 an­nées pas­sées comme gen­darme, Sté­phane Hé­bert, ins­tal­lé à Saint-Au­bin-le-Cauf, se lance dans une nou­velle car­rière pro­fes­sion­nelle. Il est dé­sor­mais coach pour les par­ti­cu­liers et les en­tre­prises.

Les Informations Dieppoises - - La Une - M. DS.

De ses pre­miers pas de gen­darme, en 1986, alors qu’il ef­fec­tuait son ser­vice mi­li­taire, à son dé­part à la re­traite le 31 décembre der­nier, le lieu­te­nant­co­lo­nel, Sté­phane Hé­bert a eu une car­rière pro­fes­sion­nelle bien rem­plie. Une car­rière avec pour seul leit­mo­tiv : « Ce­lui de vou­loir ai­der les autres » , sou­rit-il.

C’est ce qui l’a mo­ti­vé alors qu’il était jeune à choi­sir ce mé­tier. C’est ce qui l’a conduit tout au long de ces 30 an­nées à se for­mer sans cesse pour gra­vir certes les éche­lons, mais sur­tout pour lui per­mettre d’ef­fec­tuer des mis­sions très di­verses. D’en­quê­teur de po­lice ju­di­ciaire à la prise de com­man­de­ment de com­pa­gnie, en pas­sant par la réor­ga­ni­sa­tion ter­ri­to­riale de la gen­dar­me­rie pour l’ex-Ré­gion Pi­car­die, les an­nées sont pas­sées à vive al­lure.

Des ren­contres in­croyables

Avec des ren­contres in­croyables : celles de Fran­çois Mit­ter­rand, Va­le­ry Gi­card d’Es­taing, Jacques Chi­rac ou en­core Ni­co­las Sar­ko­zy. Avec des évé­ne­ments par­fois dou­lou­reux. Comme ce 29 sep­tembre 1997 lors­qu’il in­ter­vient sur le ca­ram­bo­lage de l’A13 qui a fait 12 morts.

Ou en­core cette fois où il a eu en charge l’en­quête de l’in­fan­ti­cide de Va­lognes en 2007. « Six bé­bés ont été re­trou­vés morts dans des sacs-pou­belles. Sur le plan mé­dia­tique, il m’a fal­lu gé­rer l’am­pleur prise par cette af­faire, se sou­vient-il. Sur le plan ju­di­ciaire, il fal­lait être ex­trê­me­ment ri­gou­reux pour qu’il n’y ait au­cune er­reur de pro­cé­dure. Sur le plan hu­main, il m’a fal­lu ac­com­pa­gner mes hommes très per­tur­bés par cette his­toire. »

Ac­com­pa­gner ses hommes, c’est d’ailleurs l’une des mis­sions que le mi­li­taire a pré­fé­ré tout au long de sa car­rière. Ses avan­ce­ments l’ont en ef­fet conduit à plu­sieurs re­prises à prendre le com­man­de­ment de bri­gades ou de com­pa­gnies, dont celle de Cher­bourg qui comp­tait 160 per­sonnes.

Gui­dé par le bien-être des autres

Sté­phane Hé­bert dé­couvre alors que le ma­na­ge­ment le pas­sionne, « pas pour don­ner des ordres, mais pour ac­com­pa­gner » , in­siste-t-il. La psy­cho­lo­gie l’at­tire tout au­tant. Il est d’ailleurs dé­si­gné pour as­su­rer le diag­nos­tic et pi­lo­ter un groupe de tra­vail sur la pré­ven­tion des risques psy­cho­so­ciaux au sein de la gen­dar­me­rie sur l’ex-Ré­gion Pi­car­die.

Pen­dant quatre ans, il tra­vaille ain­si en par­te­na­riat avec des psychologues, des er­go­nomes et des so­cio­logues pour amé­lio­rer les condi­tions de tra­vail et le bien-être des gen­darmes. Une mis­sion qui joue le rôle d’élé­ment dé­clen­cheur pour en­ta­mer une se­conde vie.

Ce Ni­co­lai­sien d’ori­gine au­jourd’hui ins­tal­lé à Saint-Au­bin-le-Cauf a en ef­fet quit­té la gen­dar­me­rie le 31 décembre, pour se lan­cer dans le coa­ching au­près des par­ti­cu­liers et des en­tre­prises. « Ce qui me guide, c’est l’aide que je peux ap­por­ter aux gens, fort de mes 30 an­nées d’ex­pé­rience. Toute per­sonne a la res­source pour sur­mon­ter les dif­fi­cul­tés de la vie, de plus en plus op­pres­santes. Il suf­fit juste pour cer­taines d’être ai­dées » , confiet-il.

Ins­tal­lé à Saint-Au­bin-le-Cauf, Sté­phane Hé­bert a quit­té la gen­dar­me­rie pour de­ve­nir coach.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.