Elé­ments de Lan­gage

Les Inrockuptibles - - Sommaire -

La reine Ca­the­rine et le Fe­nek Ca­the­rine De­neuve et Nek­feu se­ront le 8 no­vembre à l’af­fiche de

Tout nous sé­pare de Thier­ry Kli­fa (une grande première pour le jeune rap­peur). Une réu­nion gé­niale sur le pa­pier qui va pour­tant ques­tion­ner les fan­bases res­pec­tives. Le tra­vail d’ap­pro­pria­tion com­mence donc dès main­te­nant. Le “mil­len­nial”, après être al­lé che­cker le par­cours phé­no­mé­nal de la “Grande Ca­the­rine” (“Je mate la fil­mo, c’est le Ney­mar du ci­né­ma fran­çais ta pote : As­té­rix, Truf­faut”), snap­pe­ra de pré­fé­rence des images vo­lées des quelques af­fiches, en­core vi­sibles dans les rues, de la re­prise en salle du Belle de Jour de Buñuel, com­men­tant çà et là des scènes mé­mo­rables du film : “Com­ment il la fouette à un mo­ment ce FDP.” Le “ci­né­phile” qui, lui, pen­sait que Nek­feu était une alarme à in­cen­die ou une marque de bri­quet so­li­daire, se plon­ge­ra im­mé­dia­te­ment dans la dis­co­gra­phie dé­jà four­nie du jeune homme, n’hé­si­tant pas à cher­cher dans ses autres pro­jets (1995 ou le S-Krew). Et n’ou­blie­ra pas de men­tion­ner l’un des so­bri­quets vin­tage du MC : “Nek le Fe­nek, je l’ai­mais dé­jà bien à l’époque de 1995 et du S-Krew çui­la.” Pour 1995, son­ger aus­si à pro­non­cer “1-9-9-5” tout en se ra­vi­taillant, l’air dé­ga­gé, en vin na­tu­rel. Groupe émi­nem­ment pro­blé­ma­tique (il y a tou­jours un fan de Cure ou de De­peche Mode qui ne “dé­teste pas”), In­do­chine sort son trei­zième al­bum, 13, donc. Su­per. On y trouve des titres à pleu­rer de rire, comme Trump le monde, mais aus­si des col­labs – et c’est sur elles qu’il fau­dra comp­ter pour sor­tir de la tor­peur par le haut – avec Kid­dy Smile, mais aus­si la gé­niale Asia Ar­gen­to. La ren­trée est pro­pice aux bonnes sur­prises, mais elle dé­verse aus­si son “lot de merdes”, comme avait cou­tume de dire Lou­lou Ni­col­lin. N’hé­si­tez pas alors à uti­li­ser cette phrase du maître de la lit­té­ra­ture ar­gen­tine pour manifester cer­tains de vos re­jets avec style. Par exemple, lorsque l’im­por­tun ma­ni­fes­te­ra son en­thou­siasme béat quant au re­tour sur grand écran du Jean de Flo­rette et du Ma­non des sources de Claude Ber­ri (c’est pour le 13 sep­tembre, tous aux abris an­ti-pro­ven­çaux), mo­bi­li­sez vite Borges. Et s’il a en plus l’au­dace de se lan­cer dans une imi­ta­tion de Daniel Au­teuil beu­glant

“Ma­nooon !” ou “Pa­péééé”, n’hé­si­tez pas à le la­pi­der à coups de figues molles. Ter­mi­na­tor 2 res­sort en 3D le 14 sep­tembre. Et Ro­cky 3 en 2D, ja­mais ? Ka­nye West et Kid Cu­di sont en stu­dio au Ja­pon pour un projet se­cret. Chut… Su­san Sa­ran­don re­pren­dra le rôle de Jeanne Mo­reau dans le re­make des Val­seuses que pré­pare John Tur­tur­ro. Vincent De­lerm au­rait man­gé un pa­ni­ni sau­mon, jeu­di der­nier, avec un Oran­gi­na. Quel mec gé­nial.

“Cette im­mi­nence d’une ré­vé­la­tion qui ne se pro­duit pas est peut-être le fait es­thé­tique” JORGE LUIS BORGES

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.