Mé­dias

Con­fi­den­tiels mais re­con­nus, drôles et dé­ca­lés, les CA­HIERS DU FOOTBALL ont connu des hauts et des bas de­puis leur créa­tion en 1997. Re­tour sur une aven­ture qui a, no­tam­ment, ins­pi­ré So Foot.

Les Inrockuptibles - - Sommaire - Ju­lien Re­buc­ci

Les Ca­hiers du football, nou­velle for­mule

JEU­DI 12 AVRIL, QUELQUES MI­NUTES APRÈS LE COUP DE SIFFLET FI­NAL d’un match de coupe d’Eu­rope op­po­sant l’Olym­pique de Mar­seille au RB Leip­zig, le pré­sen­ta­teur De­nis Bal­bir dé­rape. Hors an­tenne, mais tou­jours re­lié à son mi­cro, il tient des pro­pos ho­mo­phobes à l’en­contre des joueurs al­le­mands. La sé­quence fuite sur in­ter­net et le pré­sen­ta­teur se re­trouve mis à pied le len­de­main par W9. Au même mo­ment, à des cen­taines de ki­lo­mètres de Mar­seille, l’équipe de ré­dac­tion des Ca­hiers du football boucle le pre­mier nu­mé­ro de leur nou­velle re­vue. Iro­nie du sort : neuf ans plus tôt, le “ma­ga­zine de foot et d’eau fraîche”, ré­fé­rence in­con­tour­nable de tous les amou­reux du bal­lon rond, était con­dam­né en ap­pel à ver­ser 3 000 eu­ros de dom­mages et in­té­rêts à De­nis Bal­bir après une plainte pour “in­jure pu­blique”. “C’est un peu sur­réa­liste que ce soit ar­ri­vé le même soir, s’amuse Jé­rôme Lat­ta, l’un des fon­da­teurs des Ca­hiers, dans un ca­fé du XXe ar­ron­dis­se­ment. Après, nous ne sommes pas dans une lo­gique re­van­charde...”

Cette pa­ru­tion ouvre un nou­veau cha­pitre d’une his­toire dé­bu­tée sur le net vingt ans plus tôt, en dé­cembre 1997 : “On avait le sen­ti­ment que les mé­dias spor­tifs man­quaient d’amour, d’hu­mour et de sens cri­tique. La créa­tion des Ca­hiers a pro­cé­dé d’une frus­tra­tion, té­moigne Lat­ta, seul res­ca­pé de l’aven­ture ini­tiale. On s’est lan­cés à une époque char­nière, juste après l’ar­rêt Bos­man (ins­tau­rant la libre cir­cu­la­tion des joueurs en Eu­rope – ndlr). Nos confrères ont alors tout juste été spec­ta­teurs de ces évo­lu­tions, sans pro­duire le moindre re­gard cri­tique. Alors que des mé­dias comme L’Equipe ont très sou­vent te­nu un dis­cours de dé­fense des va­leurs du sport. Des va­leurs at­ta­quées fron­ta­le­ment par le dé­ve­lop­pe­ment du foot bu­si­ness, cher­chant à tout prix à an­ni­hi­ler l’aléa spor­tif, l’es­sence même du jeu !”

De 1997 à 2003, l’af­fluence du site gros­sit grâce à une com­mu­nau­té d’amou­reux qui ne se re­con­naît pas dans le clas­si­cisme de la presse spor­tive. “Il y avait un dé­faut de culture tac­tique et d’une ap­proche ap­pro­fon­die du jeu”, es­time Gilles Juan, autre membre de la ré­dac­tion. Avant l’ex­plo­sion des ré­seaux so­ciaux, ces ha­bi­tués dé­battent sur les dif­fé­rents fils de dis­cus­sion du fo­rum des Ca­hiers. On y parle de foot sous tous les angles, mais aus­si de po­li­tique et de lit­té­ra­ture. Forte de cet élan, une ver­sion men­suelle des Ca­hiers est lan­cée en kiosque le 4 no­vembre 2003. La ques­tion po­sée sur la pre­mière une a des al­lures de quête du Graal pour ces uto­pistes du bal­lon rond : “Un autre football est-il pos­sible ?”

“Nos vingt ans d’his­toire, ce sont les vingt an­nées d’échec de ce slo­gan en quelque sorte, sou­rit au­jourd’hui Lat­ta. Les évo­lu­tions que nous crai­gnions et que nous avons cri­ti­quées sont qua­si­ment toutes ar­ri­vées. Si les deux der­nières dé­cen­nies ont en ef­fet vu l’essor du foot bu­si­ness, l’ap­port des Ca­hiers au trai­te­ment mé­dia­tique du sport en France est in­dé­niable.” De la nais­sance de So Foot à l’Af­ter Foot sur RMC, en pas­sant par une my­riade de sites thé­ma­tiques spé­cia­li­sés te­nus le plus sou­vent par des pas­sion­nés, les Ca­hiers semblent avoir rem­por­té une vic­toire cultu­relle. Le jour­na­liste

En sep­tembre 2017, un nou­veau co­mi­té de ré­dac­tion est mis sur pied et les “Ca­hiers” re­pa­raissent en li­brai­rie

Da­mien Dole, qui a in­ter­ro­gé plu­sieurs des fon­da­teurs de ces sites pour la sé­rie “Fan­zines Zone” sur Li­bé­ra­tion, té­moigne : “Tous m’ont ci­té les Ca­hiers du football en mo­dèle, pour le for­mat ou le ton. Ils ont été des pion­niers dans la vo­lon­té de trai­ter du football de fa­çon dif­fé­rente.” “Ils font par­tie du pay­sage fran­çais, ac­quiesce le tau­lier de l’Af­ter Foot, Gil­bert Bris­bois. Ils ont réus­si au fil du temps à in­ven­ter un ton, un hu­mour et un for­mat qui marchent.”

A l’image du my­thique Bal­lon de plomb, ré­com­pen­sant le joueur le plus dé­ce­vant de l’an­née, gé­nial pied de nez au sé­same do­ré dé­li­vré par la Fi­fa, ou de ru­briques en­trées dans la pos­té­ri­té comme le Dia­po­ra­ma ou l’Agence Transe Presse.

Mal­gré un suc­cès d’es­time, la dé­cli­nai­son pa­pier des Ca­hiers tourne court après le 43e nu­mé­ro en juin 2009. Le 28 no­vembre de la même an­née, la sen­tence tombe sur le site in­ter­net : “Mer­ci de cette fi­dé­li­té qui nous a per­mis de réa­li­ser un ma­ga­zine dont, pour éteint qu’il soit dé­sor­mais, nous avons été très fiers et qui res­sem­blait de très près à ce­lui que nous rê­vions de faire.” Dix ans plus tard, Jé­rôme Lat­ta com­plète : “J’ai moins res­sen­ti l’ar­rêt du ma­ga­zine comme un échec que comme un ex­ploit : le fait d’avoir réus­si à en sor­tir 43 nu­mé­ros.” Si le site conti­nue de tour­ner, Jé­rôme Lat­ta ru­mine la dé­cep­tion liée à la dis­pa­ri­tion d’une dé­cli­nai­son “phy­sique” des Ca­hiers.

Il nous ré­vèle ain­si que le pro­jet d’une re­vue dis­tri­buée en li­brai­rie (sur le mo­dèle d’Un­di­ci en Ita­lie ou de Lí­bé­ro en Es­pagne) trot­tait dé­jà dans sa tête à l’époque du ma­ga­zine. Le pro­jet re­prend vie en sep­tembre 2017 lors­qu’un nou­veau co­mi­té de ré­dac­tion est mis sur pied, com­po­sé de Jé­rôme Lat­ta et de fi­dèles com­pa­gnons de route.

Ce 31 mai, ils lancent le pre­mier nu­mé­ro de cette nou­velle re­vue, aux men­su­ra­tions qui laissent rê­veur :

164 pages, 730 grammes de football, trois pa­ru­tions par an, un prix de vente de 18 eu­ros et une dif­fu­sion en li­brai­rie. La tré­so­re­rie ré­col­tée per­met, se­lon Jé­rôme Lat­ta – qui a lâ­ché son poste de ré­dac­teur à la re­vue Re­gards –, d’as­su­rer trois nu­mé­ros, tré­so­re­rie à la­quelle il faut ajou­ter les bé­né­fices re­cueillis lors d’une opé­ra­tion réus­sie de crowd­fun­ding (l’ob­jec­tif des 1094 abon­ne­ments at­teint, ils en es­pèrent dé­sor­mais un mil­lier). De quoi ré­mu­né­rer les ré­dac­teurs, les illus­tra­teurs et les pho­to­graphes alors que le co­mi­té de ré­dac­tion ne se ver­se­ra au­cun sa­laire dans l’im­mé­diat.

Au me­nu de ce pre­mier nu­mé­ro : une pas­sion­nante in­ter­view de Raí, l’an­cien rayon­nant nu­mé­ro 10 du PSG, mais aus­si un re­por­tage à Bon­dy sur les traces de Ky­lian Mbap­pé, un autre à Bue­nos Aires, la ca­pi­tale ar­gen­tine aux mul­tiples clubs, et un énorme dos­sier sur la “beau­té” du football. “Il y a vingt ans, nous avons com­mis l’im­pru­dence de pro­cla­mer qu’un autre football était pos­sible, conclut Jé­rôme Lat­ta. Nous avons au moins mon­tré qu’il était pos­sible de par­ler de football au­tre­ment, et c’est notre am­bi­tion avec cette nou­velle re­vue.”

Ca­hiers du football N° 1, nou­velle for­mule en li­brai­rie le 31 mai, 18 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.