Ca­bal­le­ro & JeanJass

Double hé­lice 3 Uni­ver­sal Les Me­thod Man et Red­man du rap fran­co­phone re­viennent avec un troi­sième vo­lume de Double hé­lice. Un bud­dy-mo­vie plein d’au­to­dé­ri­sion.

Les Inrockuptibles - - Albums - Maxime Del­court

TOUT A CHAN­GÉ AU­TOUR D’EUX, mais l’am­bi­tion reste la même : Ca­bal­le­ro & JeanJass, c’est tou­jours l’union de deux Saiyans qui font “une prière en rap pour qu’on ait tous des billets en rab et pour briller en Ralph”. Au point de n’ex­cel­ler que dans l’ego­trip fait de rimes in­ternes et mul­ti­syl­la­biques ? Pas une contre-vé­ri­té, mais un sté­réo­type, dans le sens où les deux Belges, à l’image de ce qu’ils avaient dé­jà pu dé­ve­lop­per avec Un en­droit sûr, traînent par ins­tants leurs plumes dans la crasse d’un monde qu’ils observent avec nos­tal­gie (“La vie avait un goût d’in­sou­ciance quand on était môme”).

Cer­tains re­gret­te­ront sans doute l’ab­sence de tubes aus­si puis­sants que

On est haut ou Sur mon nom, mais il faut ré­ta­blir la vé­ri­té : c’est aus­si lors­qu’ils dé­laissent les ban­gers et re­viennent à un style plus po­sé que Ca­bal­le­ro & JeanJass portent le mieux leur bon­net d’en­ter­tai­ner. Avec des fi­gures de style comme ef­fets spé­ciaux, des clins d’oeil à la pop culture ( Ma­rio Bros., For­rest Gump, les cartes Pa­ni­ni, etc.), des pun­chlines for­te­ment do­sées en tes­to­sté­rone, des rimes ri­go­lardes qui ne virent ja­mais à la clow­ne­rie et un cas­ting hau­te­ment ban­kable (So­fiane, Ham­za, Ro­méo El­vis, Kri­sy), Double hé­lice 3 n’est pas pour au­tant un block­bus­ter. C’est un bud­dy-mo­vie où la com­plé­men­ta­ri­té entre les deux

per­son­nages phares su­blime chaque se­conde, où Ca­bal­le­ro & JeanJass, “in­sé­pa­rables comme le joint et le sky”, dé­ploient un flow d’une ri­chesse dans les in­to­na­tions et d’une maî­trise dans le contrôle du beat qui tranche avec leur je-m’en-fou­tisme (comme lors­qu’ils nomment un titre Pep­si pour fi­na­le­ment ne men­tion­ner que Co­ca-Co­la…) et leur fa­cul­té à dé­bla­té­rer avec ta­lent au­tour de su­jets ap­pa­rem­ment op­po­sés : le sort des mi­grants, l’aug­men­ta­tion du prix du chee­se­bur­ger, ces gens qui ne se lavent pas les mains en sor­tant des toi­lettes ou en­core la chi­rur­gie es­thé­tique (“Le seul faux-cul à qui je ten­drai la main est ce­lui de Ni­cki Mi­naj”).

En clair, Double hé­lice 3, c’est l’al­bum de deux potes dé­fon­cés qui, de­puis leur ca­na­pé, constatent avec lu­ci­di­té que Le monde a chan­gé, res­sassent leurs peines amou­reuses (A2), rêvent de Ca­li­for­nie, re­ven­diquent d’être Tou­jours les mêmes et s’éclatent à in­car­ner dif­fé­rents rôles. On les dé­couvre tour à tour en ki­ckeurs ja­mais aus­si à l’aise que dans un rap tech­nique, en se­rial­lo­vers, en flam­beurs ou en as­tro­nautes qui, avec tou­jours ce sou­ci de nour­rir leurs rimes d’au­to­dé­ri­sion et de gim­micks ef­fi­caces, ne visent fi­na­le­ment qu’une chose : l’in­fi­ni et l’au-de­là.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.