Je vous de­mande de vous ar­rê­ter

Re­boo­tée cinq ans après son in­ter­rup­tion, la sé­rie culte Ar­res­ted De­ve­lop­ment de­vrait sans doute s’in­ter­rompre à nou­veau. Le plus tôt se­rait le mieux.

Les Inrockuptibles - - Series - Léo Mo­ser

AN­NU­LÉE EN 2006 AVANT D’ÊTRE EXHUMÉE par Net­flix en 2013, la sé­rie co­mique Ar­res­ted De­ve­lop­ment re­naît une nou­velle fois de ses cendres. Cette cin­quième sai­son (dont les huit pre­miers épi­sodes sont vi­sibles sur la pla­te­forme de strea­ming) nous re­plonge dans l’uni­vers chao­tique et fou­traque des Bluth, une fa­mille ca­li­for­nienne dys­fonc­tion­nelle ayant per­du sa for­tune dans une af­faire d’abus de biens so­ciaux. Hé­las, les re­trou­vailles sont cette fois en­ta­chées par les ac­cu­sa­tions de har­cè­le­ment sexuel pe­sant sur Jef­frey Tam­bor, qui in­carne le pa­triarche de la fa­mille. Dé­jà li­mo­gé de la sé­rie Trans­pa­rent (dans la­quelle il in­ter­pré­tait une trans­genre), l’ac­teur s’est vu obli­gé d’ar­rê­ter aus­si la pro­mo­tion d’Ar­res­ted De­ve­lop­ment.

De toute fa­çon, cette cin­quième sai­son n’est pas à la hau­teur des at­tentes, gon­flées par les dis­pa­ri­tions et ré­sur­rec­tions suc­ces­sives d’une sé­rie de­ve­nue culte mal­gré ses faibles au­diences. Si l’on ri­cane tou­jours des fa­cé­ties de To­bias (Da­vid Cross) ou de l’ex­pres­sion éter­nel­le­ment ahu­rie du gé­nial George Mi­chael (Mi­chael Cera), la sé­rie peine à se mo­der­ni­ser et se contente de re­cy­cler tiè­de­ment la re­cette qui a fait son suc­cès. Mais ce qui était mo­derne et ra­fraî­chis­sant en 2003 ne l’est plus en 2018, et quand la sé­rie tente de s’at­ta­quer à l’ac­tua­li­té (l’élec­tion de Trump no­tam­ment), elle se plante en beau­té.

Gé­niale d’in­ven­ti­vi­té et d’hu­mour lors de ses trois pre­mières sai­sons, quelque peu fra­gi­li­sée par une qua­trième sai­son ra­pié­cée, Ar­res­ted De­ve­lop­ment ren­dra cer­tai­ne­ment son der­nier souffle au terme de cette cin­quième sai­son, dont la deuxième par­tie se­ra néan­moins dif­fu­sée sur Net­flix plus tard dans l’an­née. Mo­ra­li­té ? Il vaut par­fois mieux dé­bran­cher une sé­rie mou­rante que de nous in­fli­ger son pé­nible der­nier râle.

Mi­chael Cera

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.