L’AP­PEL DE LA MER

EST : MOU­RILLON, LA MITRE, CAP-BRUN

L'Express (France) - Immobilier - - Toulon Immobilier -

Du fort Saint- Louis à l’anse de Mé­jean, en pas­sant par le Cap-brun, le lit­to­ral du sud toulonnais, riche en plages de sable et en criques se­crètes, est plus que ja­mais re­cher­ché par les ac­qué­reurs for­tu­nés. « Re­trai­tés va­rois, lyon­nais ou pa­ri­siens, hauts gra­dés, cadres tra­vaillant au port mi­li­taire… Les clients abondent », se ré­jouit Ch­ris­tophe Gus­ton, di­rec­teur de l’agence du même nom, au Mou­rillon. De son cô­té, Ju­lien Du­fo­rest, res­pon­sable du Ca­bi­net 3000, re­lève « un re­tour en force des in­ves­tis­seurs à la re­cherche de pe­tites sur­faces à louer ». Dans l’an­cien, les ta­rifs moyens va­rient entre 3000 et 5000 € le mètre car­ré, se­lon la qua­li­té du bien et la vue qu’il offre – ou non – sur la Grande Bleue. Le long du lit­to­ral Fré­dé­ric-mis­tral, à 50 mètres à vol d’oi­seau de la plage du Mou­rillon, au troi­sième et der­nier étage sans as­cen­seur d’un im­meuble ra­va­lé da­tant des an­nées 1960, un beau 100-m2 avec vue sur la mer est par­ti à 515000 €. Un peu plus à l’est, au Cap-brun, à deux pas de la plage de la Ré­si­dence, dans une construc­tion des an­nées 1970 de stan­ding, un 31-m2 s’est ven­du 115000 € (3709 € le mètre car­ré). « A ce prix, le bien était à ré­no­ver et ne dis­po­sait pas de la vue sur la mer », in­dique l’agent qui a sui­vi la vente. Che­min du Pé­li­can, c’est une ma­gni­fique villa de 9 pièces, d’une sur­face de 225 m2, avec un ter­rain de 1200 m2 agré­men­té d’une pis­cine, qui a trou­vé pre­neur à 880000 €. Cette mai­son de style contem­po­rain, aux pres­ta­tions de qua­li­té, était en­tiè­re­ment ré­no­vée.

A quelques cen­taines de mètres à l’in­té­rieur des terres, dans une ré­si- dence des an­nées 1970 si­tuée le long de l’ave­nue de la Ré­sis­tance, un in­ves­tis­seur lo­ca­tif s’est ache­té, pour 221000 €, un T 3 de 70m2 dans un état cor­rect (3 157 € le mètre car­ré). Au coeur du même sec­teur ré­pu­té pour son calme et les fa­ci­li­tés de sta­tion­ne­ment, dans une ré­si­dence des an­nées 1970 com­po­sée d’im­meubles de trois ou quatre étages, un T 4 de 80 m2 à ra­fraî­chir, mais avec une place de par­king, a été ven­du 250000 € (soit 3125 € le mètre car­ré). Vers l’ave­nue Pierre-lo­ti, dans un im­meuble des an­nées 1900, c’est un T 2 propre et par­que­té de 45 m2 qui a trou­vé pre­neur à 129000 € (2866 € le mètre car­ré). A l’ouest des plages du Mou­rillon se niche le quar­tier de La Mitre. Un stu­dio de 30 m2 dans un pe­tit im­meuble de stan­ding des an­nées 1980 y est par­ti à 118000 € (3933 € le mètre car­ré). Au qua­trième et der­nier étage de la ré­si­dence La Vi­gie 2, da­tant de 1968, un couple de re­trai­tés s’est of­fert un T 3 de 82 m2 avec un ga­rage, une ter­rasse de 12m2, un bal­con de 8m2 et la vue sur la mer. Le prix : 465000 € (5602 € le mètre car­ré).

Rares à la vente, les vil­las du Mou­rillon « partent vite lors­qu’elles sont pro­po­sées au juste prix », pré­vient Ch­ris­tophe Gus­ton. Ty­pique du quar­tier, cette mai­son de plain-pied des an­nées 1960 de 100 m2 à ra­fraî­chir, avec une pe­tite par­celle, a trou­vé pre­neur à 420000 €. Les mé­nages au bud­get ser­ré en quête d’ap­par­te­ments spacieux dis­po­sant de la vue sur la rade s’orien­te­ront avec pro­fit vers l’est, du cô­té du port marchand ou du bou­le­vard Ba­zeilles, où s’alignent les construc­tions col­lec­tives des an­nées 1960 et 1970. Au ving­tième étage de l’une d’entre elles, un T 5 de 100m2 of­frant la vue sur la rade a ain­si fait le bon­heur d’une fa­mille pour seule­ment 285000 €. « Le mon­tant des charges s’élève à 300 € par mois », in­dique tou­te­fois l’agent qui a sui­vi la tran­sac­tion.

3 933 € le mètre car­ré pour un stu­dio dans un im­meuble de stan­ding à La Mitre.

Re­cher­ché Le lit­to­ral du sud toulonnais est en vogue au­près des mé­nages ai­sés (ici, le Mou­rillon).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.