Vous avez dit « his­toire pu­blique » ?

Le col­loque an­nuel de la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale pour l’his­toire pu­blique s’est te­nu à Ra­venne en juin der­nier. Une oc­ca­sion de s’en­tendre sur les mots.

L'Histoire - - Sommaire - Par Ca­the­rine Brice*

Par Ca­the­rine Brice

Du 5 au 9 juin 2017, dans la ma­gni­fique ville de Ra­venne, l’his­toire pu­blique a fait une vé­ri­table dé­mons­tra­tion de force. Ve­nus du monde en­tier, plus de 300 his­to­riens, édi­teurs, réa­li­sa­teurs, jour­na­listes et étu­diants se sont ras­sem­blés lors de la confé­rence an­nuelle de la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale pour l’his­toire pu­blique du­rant la­quelle ils ont as­sis­té au « bap­tême » de son der­nier re­je­ton : la Fé­dé­ra­tion ita­lienne pour la Pu­blic His­to­ry.

Une grand-messe un peu à l’amé­ri­caine, re­mar­qua­ble­ment or­ga­ni­sée par l’uni­ver­si­té de Bo­logne, avec des tables rondes, des confé­rences d’in­tro­duc­tion, une pré­sen­ta­tion de pos­ters, des in­ter­views nom­breuses, le tout en an­glais, du moins pour la par­tie in­ter­na­tio­nale. Au me­nu des in­ter­ven­tions : les pra­tiques de l’his­toire, his­toire et mé­moire, l’en­sei­gne­ment de la Pu­blic His­to­ry, l’usage de la bande des­si­née, de la re­cons­ti­tu­tion, de la vi­déo…

Peu de Fran­çais, tou­te­fois, étaient pré­sents. En ef­fet, les Fran­çais pra­tiquent abon­dam­ment l’his­toire pu­blique mais sans le sa­voir et en igno­rant sou­vent le mot. Ce­pen­dant, le ma­ga­zine L’his­toire était bien re­pré­sen­té, ain­si que le mas­ter d’his­toire pu­blique de l’uni­ver­si­té Pa­ris-est-cré­teil.

De ce cô­té-là, les choses sont claires. L’his­toire pu­blique, c’est bien la vo­lon­té de di­vul­guer, le plus lar­ge­ment pos­sible et sous toutes leurs formes, les ac­quis de l’his­toire aca­dé­mique, même la plus sa­vante. La dif­fi­cul­té est de faire la jonc­tion avec les troupes aus­si en­thou­siastes que nom­breuses des fé­rus d’his­toire, des as­so­cia­tions sa­vantes et lo­cales, des or­ga­ni­sa­tions mé­mo­rielles (guerre, Ré­sis­tance, etc.), des ter­ri­toires aus­si (his­toire pu­blique en­vi­ron­ne­men­tale ou des friches in­dus­trielles…). Ici, re­cons­ti­tu­tion, mé­moire, sou­ve­nirs, consti­tuent la pas­sion­nante re­prise en main par les ac­teurs de leur pas­sé.

L’en­jeu est de taille – même si la « co-construc­tion » des sa­voirs exige de part et d’autre une vo­lon­té et une dy­na­mique réelles. D’au­tant que les tra­di­tions na­tio­nales ou les méandres des cur­sus uni­ver­si­taires ne fa­ci­litent pas tou­jours la ren­contre. Ra­venne, ce fut donc un cap­ti­vant et grand chan­tier d’idées, de dé­bats et d’échanges dont les en­jeux dé­passent lar­ge­ment le champ aca­dé­mique. n

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.