« Nos An­nées folles » d’an­dré Té­chi­né

Ci­né­ma Pour échap­per au front, ai­dé par Louise qu’il aime, Paul de­vient Su­zanne. An­dré Té­chi­né adapte le livre des his­to­riens Fa­brice Vir­gi­li et Da­nièle Vold­man.

L'Histoire - - Sommaire -

Par An­toine de Baecque

Il n’est pas si cou­rant qu’un bon livre d’his­toire soit adap­té sur les écrans, par l’un des meilleurs au­teurs du ci­né­ma fran­çais. Voi­ci donc la ren­contre entre An­dré Té­chi­né et La Gar­çonne et l’as­sas­sin, l’es­sai de Fa­brice Vir­gi­li et Da­nièle Vold­man pa­ru chez Payot en 2011. Dans « Un bon­heur d’his­to­riens », un texte re­la­tant leur col­la­bo­ra­tion, les au­teurs écrivent : « Mal­gré des pho­tos et des mor­ceaux des jour­naux in­times de Paul et de Louise, les per­son­nages res­taient de pa­pier. Les his­to­riens ne peuvent in­ven­ter en sup­pléant l’ab­sence de don­nées avé­rées. Et voi­là que, par la ma­gie des images, du jeu des ac­teurs, du ta­lent des cos­tu­miers et des ma­quilleurs et de la puis­sance d’un réa­li­sa­teur, Paul, Su­zanne et Louise ont pris vie et se sont in­car­nés. Ils vivent sous nos yeux leurs an­nées folles jus­qu’au drame ­fi­nal qui nous serre le coeur. »

L’his­toire dé­cou­verte dans les ar­chives et les jour­naux est, il faut le dire, un « rêve d’his­to­riens ». Dans des dos­siers de la pré­fec­ture de po­lice de Pa­ris, sur­git, au ha­sard d’une cote et d’une lec­ture im­pro­vi­sée, le des­tin ex­tra­or­di­naire de Paul et de Louise, deux jeunes amou­reux du Pa­ris Belle Époque. Elle est mo­diste dans un ate­lier d’un quar­tier po­pu­laire, lui ne fait pas grand­chose à part l’ai­mer de toutes ses forces. Mais il est mo­bi­li­sé et part sur le front en août 1914. Trau­ma­ti­sé et bles­sé en 1915, on le soup­çonne de s’être mu­ti­lé vo­lon­tai­re­ment un doigt de la main. Sur­veillé et gué­ri, il doit re­ga­gner son ré­gi­ment et les tran­chées. Il re­fuse et dé­serte, se ré­fu­giant dans la cave de la mai­son de la grand-mère de Louise. La po­lice le re­cherche. Pour échap­per aux au­to­ri­tés mi­li­taires qui traquent les dé­ser­teurs, Paul se dé­guise en femme et

de­vient Su­zanne ; il se pros­ti­tue éga­le­ment, pour sur­vivre d’abord, puis par di­ver­tis­se­ment, de­ve­nant l’une des égé­ries trans­genres les plus cé­lèbres du bois de Bou­logne et des ca­ba­rets, no­tam­ment lors des An­nées folles, quand le Tout-pa­ris cherche à ou­blier les hor­reurs de la Grande Guerre. Paul joue Su­zanne pen­dant dix ans, jus­qu’à la loi d’am­nis­tie de 1925. En­suite, il as­sume son double per­son­nage aux yeux de tous, le jouant sur la scène d’un théâtre avec un cer­tain suc­cès…

Sym­bo­lique des corps

Le tra­vail de Fa­brice Vir­gi­li et Da­nièle Vold­man a consis­té à faire sor­tir cette his­toire de la ru­brique des faits di­vers pour en li­vrer le contexte : sou­dain, Paul et Louise in­car­naient des mo­ments de l’his­toire, la vio­lence de la guerre et son re­fus par cer­tains, la sur­vie des classes po­pu­laires, la force des plai­sirs des An­nées folles, plai­sirs de cro­quer la vie à pleines dents, plai­sirs des sens et de la chair, des amours libres et des sexua­li­tés non conformes à la mo­rale ca­tho­lique, plai­sirs de tous les jeux et de toutes les trans­gres­sions.

Pour An­dré Té­chi­né, ses ac­teurs (Pierre De­la­don­champs et Cé­line Sal­lette, im­pres­sion­nants tous les deux) et son scé­na­riste, Cé­dric An­ger, le tra­vail de l’his­toire fut d’une tout autre na­ture. Il s’est agi de faire vivre un double des­tin tout en don­nant chair à ces mo­ments his­to­riques ex­cep­tion­nels. D’où la mi­nu­tie à fil­mer les corps, corps de tra­vailleuse, corps de sol­dat, corps des amants, corps qui se pare, se ma­quille et souffre en même temps à de­ve­nir l’autre, corps qui exultent et trans­gressent tous les in­ter­dits par la fête, corps trans­por­tés par le jeu, la danse, l’ar­ti­fice, corps col­lec­tif d’une na­tion éga­le­ment, qui ma­ni­feste et trouble par sa vio­lence ou sa joie.

D’où, éga­le­ment, la ri­gueur non pas tant à re­cons­ti­tuer qu’à être fi­dèle à une époque en la res­ti­tuant dans sa jus­tesse : l’am­biance de l’ate­lier des femmes, de l’in­fir­me­rie des hommes bles­sés, l’hu­meur qui cir­cule dans un théâtre ou dans un bos­quet du bois de Bou­logne. Tout ce­la le ci­né­ma l’a ef­fec­ti­ve­ment of­fert en ca­deau aux his­to­riens. n An­toine de Baecque

À VOIR

Nos An­nées folles A. Té­chi­né, en salles le 13 sep­tembre.

Le 2 sep­tembre à 10 heures

Concor­dance des temps : Jean-noël Jean­ne­ney et Do­mi­nique Ka­li­fa par­le­ront de l’op­ti­misme à la Belle Époque. Le 9, Jean-claude Sch­mitt s’in­té­res­se­ra aux rythmes du sa­voir au Moyen Age. Le 16, JeanC­laude Bon­net évo­que­ra l’écri­vain des Lu­mières Louis Sé­bas­tien Mer­cier. France Culture.

Le 3 sep­tembre à 21 heures

Au­tant en em­porte l’his­toire : L’émis­sion de fic­tion his­to­rique ani­mée par Sté­pha­nie Dun­can se­ra consa­crée à « La vie se­crète de William S. » avec comme in­vi­té Gi­sèle Ve­net, spé­cia­liste de Sha­kes­peare. Le 10, ce se­ra « Ma­thilde, ré­sis­tante et traître au Par­ti » avec Franck Liaigre. France In­ter.

Les 9, 16 et 23 sep­tembre à 21 h 35

La ré­vo­lu­tion ro­man­tique : Su­zy Klein nous fait voya­ger à tra­vers l’eu­rope à la dé­cou­verte de la mu­sique du xixe siècle et de son évo­lu­tion. L’oc­ca­sion de com­prendre l’in­fluence des mu­si­ciens et com­po­si­teurs dans les trans­for­ma­tions in­dus­trielles, po­li­tiques et tech­no­lo­giques. His­toire.

Le 24 sep­tembre à 22 h 35

Les Amé­ri­cains dans la Grande Guerre : Sté­phane Bé­goin et Tho­mas Mar­lier ra­content, à l’ap­pui d’ar­chives et d’images de fouilles ar­chéo­lo­giques des champs de ba­taille de la Pre­mière Guerre mon­diale, l’en­ga­ge­ment des troupes amé­ri­caines. France 5.

Le 26 sep­tembre à mi­nuit

Dé­tour­ne­ment du vol 626 : En 1984, après dix ans de ré­clu­sion, Ish­mael (Ali) La­beet dé­tourne l’avion qui l’em­mène des îles Vierges amé­ri­caines vers le conti­nent et se ré­fu­gie à Cu­ba, où il vi­vrait en­core. Une af­faire re­tra­cée par Ja­mie Kast­ner. Arte.

Ci-des­sus : Louise (Cé­line Sal­lette) et Paul (Pierre De­la­don­champs). En haut : un cli­ché d’époque de Paul tra­ves­ti en Su­zanne vers 1925.

Nos An­nées folles est au pro­gramme du ci­né-club de L’his­toire au Cham­po le 28 sep­tembre à 20 heures (cf. p. 96).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.