CES 2014 : de la co­cotte mi­nute à la ra­quette de ten­nis, tout est connec­té !

De re­tour de Las Ve­gas, Oli­vier Ez­rat­ty nous livre en quelques feuillets un pa­nel de ses pre­mières im­pres­sions sur le plus grand sa­lon mon­dial de la high tech et de l’élec­tro­nique grand pu­blic. Vous pour­rez re­trou­ver aus­si ses ana­lyses et son rap­port comp

L'Informaticien - - SOMMAIRE -

J’aime uti­li­ser l’ana­lo­gie des bancs de poissons pour dé­crire les ten­dances du CES de Los An­geles. Le plus grand sa­lon mon­dial de la high tech est l’oc­ca­sion de prendre une photo ins­tan­ta­née d’un mou­ve­ment en ap­pa­rence brow­nien de l’en­semble des construc­teurs. Il n’est en fait pas si aléa­toire que ça. À l’avant du banc, nous avons les tech­no­lo­gies de base qui per­mettent tout : les com­po­sants, les stan­dards et les in­fra­struc­tures té­lé­com. Elles sont mues par la loi de Moore et ses dé­ri­vés (Met­calfe…). En­suite, nous avons les star­tup et les grands construc­teurs. Puis les usages et les uti­li­sa­teurs. Mais c’est en­core une éco­no­mie de l’offre : si nombre d’in­no­va­tions sont in­cré­men­tales et tirent par­ti de la de­mande uti­li­sa­teur, d’autres sortent du cha­peau des in­no­va­teurs en avance de phase de la de­mande client. C’est là que l’on trouve le cô­té un peu dé­li­rant du CES ! Les in­no­va­tions suivent aus­si un cycle de ma­tu­ra­tion connu : on com­mence par dé­cou­vrir une nou­velle tech­no­lo­gie, puis elle est in­dus­tria­li­sée et son usage s’ins­talle ; en­fin, elle est co­piée à l’in­fi­ni par tout un tas de so­cié­tés. Les « wea­reable de­vices » sont dans cette phase avec un grand nombre de co­py­cats des mêmes concepts sans grande dif­fé­ren­tia­tion entre les of­freurs. No­tam­ment chez les PME asia­tiques, sur­tout chi­noises, qui sont très nom­breuses au CES.

Le CES 2014 consa­crait une ten­dance lourde et lente : toutes les en­tre­prises sont

nu­mé­riques ou ne sont plus. Au CES, on trouve ain­si des construc­teurs au­to­mo­biles, des ser­vices ban­caires ou pos­taux, de l’élec­tro­mé­na­ger ou de l’au­to­mo­bile. La co­cotte mi­nute Seb comme les ra­quettes de ten­nis Ba­bo­lat sont main­te­nant connec­tées. Le Cloud est par­tout pour connec­ter tout ce­la, même s’il est évo­qué plu­tôt dis­crè­te­ment dans le dis­cours des ex­po­sants ou ha­billé d’un ba­ra­tin sur les « usages ».

Le CES 2014 a at­ti­ré 150 000 vi­si­teurs à Las Ve­gas et ras­sem­blé 3 200 ex­po­sants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.