AXA « FIZZY » , UN CAS CONCRET DE SMART CONTRACT

L'Informaticien - - L’ÉVÉNEMENT -

L’as­su­reur se lance dans les « smart contracts » en uti­li­sant la blockchain Ethereum pour un ser­vice d’un nou­veau genre : l’as­su­rance contre les re­tards d’avion. AXA en fait la dé­mons­tra­tion avec son nou­veau ser­vice d’as­su­rance pa­ra­mé­trique bap­ti­sé Fizzy. Le prin­cipe est simple : per­mettre de vous as­su­rer pour chaque vol que vous pre­nez. Si l’avion a plus de deux heures de re­tard, vous êtes in­dem­ni­sé, quelle que soit la rai­son du re­tard. Pour ce­la, l’as­su­reur a donc tra­vaillé sur Ethereum qui lui per­met grâce à un pro­gramme in­for­ma­tique ( smart contract) de « sol­li­ci­ter de ma­nière au­to­nome les in­for­ma­tions né­ces­saires à son exé­cu­tion et exé­cu­ter au­to­ma­ti­que­ment les ac­tions contrac­tuel­le­ment in­duites par celles- ci ». AXA s’ap­puie en fait sur les bases de don­nées du tra­fic aé­rien mon­dial is­sues de l’en­tre­prise FlightS­tats. Dès qu’un re­tard de plus de deux heures est consta­té, l’in­dem­ni­sa­tion se dé­clenche au­to­ma­ti­que­ment. Autre avan­tage pour l’uti­li­sa­teur : il connaît à l’avance le prix à payer bien en­ten­du, mais aus­si le pos­sible mon­tant de son rem­bour­se­ment. D’autre part, il re­çoit son ar­gent au­to­ma­ti­que­ment sans au­cune autre dé­marche à ef­fec­tuer au­près de la com­pa­gnie. Le contrat entre l’uti­li­sa­teur et l’as­su­reur est d’une part in­vio­lable, d’autre part im­muable, puis­qu’il est en­re­gis­tré dans le re­gistre blockchain Ethereum. En­fin, le contrat est pas­sé pour une du­rée ferme, non re­con­duc­tible ni pro­ro­geable. Le ser­vice Fizzy est pour le mo­ment en test et ne fonc­tionne que sur les vols trans­at­lan­tiques au dé­part de l’aé­ro­port Pa­ris Charles- de- Gaulle. Il se­ra ou­vert « au reste du monde » en 2018, pré­cise- t- on chez AXA.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.