CRYPTOGRAPHIE POST- QUAN­TIQUE

L'Informaticien - - À LA UNE -

Tout le monde s’ac­corde pour dire que les ap­pli­ca­tions quan­tiques se­ront dis­po­nibles avant la dis­po­ni­bi­li­té d’un vé­ri­table or­di­na­teur quan­tique. Mais les in­quié­tudes concer­nant les pos­si­bi­li­tés de cra­quer les al­go­rithmes de chif­fre­ment RSA de l’In­ter­net ont été dé­voi­lées par la NSA. En ef­fet, le dé­ve­lop­pe­ment est très ra­pide et cer­tains es­timent que des or­di­na­teurs de quelques cen­taines de qu­bits se­ront ca­pables de cra­quer le code 2048 bits qui est un nombre à 617 chiffres, en par­ti­cu­lier en s’ap­puyant sur l’al­go­rithme de Shor, créé en 1994. Pour cette rai­son, le Na­tio­nal Ins­ti­tute Of Stan­dards and Tech­no­lo­gy a de­man­dé que lui soient sou­mis de nou­velles tech­niques de chif­fre­ment ca­pables de ré­sis­ter à l’or­di­na­teur quan­tique. Les pro­jets doivent être sou­mis avant la fin du mois de no­vembre 2017. L’étude de tous les pro­jets sou­mis com­men­ce­ra dans la fou­lée pour une stan­dar­di­sa­tion en 2020 – à la condi­tion que les pro­jets re­te­nus soient conformes – et un dé­ploie­ment en 2024. Il fau­dra donc voir si un or­di­na­teur quan­tique ca­pable de cas­ser les codes RSA ou les courbes el­lip­tiques ne se­ra pas dis­po­nible avant cette date, si­non c’est tout l’in­ter­net qui se re­trou­ve­ra en dan­ger. Ces tra­vaux sont ap­pe­lés Cryptographie post- quan­tique Par­mi les cher­cheurs qui par­ti­cipent à ce pro­gramme fi­gure une équipe fran­çaise di­ri­gée par Jean- Charles Fau­gère et Lu­do­vic Per­ret. Il s’agit d’une équipe com­mune entre l’In­ria, le CNRS et l’Uni­ver­si­té Pierre-&- Ma­rie- Cu­rie. L’ob­jec­tif de nos cher­cheurs est d’être ca­pables de ré­sis­ter à des at­taques sur des or­di­na­teurs clas­siques comme quan­tiques. L’équipe de cher­cheurs a donc mis la barre as­sez haut puisque leur ob­jec­tif est de ne pas pou­voir cas­ser leur nou­veau sys­tème en moins de 2 puis­sance 128 opé­ra­tions. Comme l’in­dique M. Fau­gère, « C’est la borne qu’il

faut, que ce­la soit clas­sique ou quan­tique » . Le tra­vail des équipes mêle concep­tion théo­rique et tra­vaux pra­tiques, en par­ti­cu­lier en ayant ac­cès au si­mu­la­teur pro­po­sé par Atos. Lu­do­vic Per­ret pré­cise que ce pro­jet s’ins­crit dans le cadre du RISQ ( Re­grou­pe­ment de l’in­dus­trie fran­çaise pour la Sé­cu­ri­té quan­tique), un fonds du mi­nis­tère de l’Éco­no­mie do­té de 7 mil­lions d’eu­ros pour 15 par­te­naires. M. Per­ret pré­cise que plu­sieurs uni­ver­si­tés pré­parent des sou­mis­sions. In­ter­ro­gés sur la qua­li­té de l’école ma­thé­ma­tique fran­çaise, les deux cher­cheurs es­timent qu’elle reste de très bonne qua­li­té mais constatent une baisse de ni­veau gé­né­ral dans l’en­sei­gne­ment, pré­ju­di­ciable dans un contexte de fé­roce com­pé­ti­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.