Moi, ra­ciste?

Une fable mor­dante sur un su­jet qui s’avère tou­jours glis­sant : le ra­cisme or­di­naire.

Lire - - Je Suis Rentré Chez Moi -

Sa­voir rire du pire, c’est une ques­tion d’hu­mour (noir). Em­ma­nuel Brault l’a bien com­pris. Le nar­ra­teur de son pre­mier ro­man, Amé­dée Gourd, est ra­ciste. Et il le crie haut et fort. Il hait les « rouges », comme d’autres dé­testent les « bou­gnoules », les « né­gros », ou pis en­core. Un ra­cisme or­di­naire, hé­ri­té de sa grand-mère qui l’a éle­vé – et chez qui il vit tou­jours. Cet an­ti­hé­ros pré­tend ain­si par­ler « au nom des ra­cistes », en les­quels il voit avant tout « des gens comme tout le monde avec des yeux et des jambes ». Il s’agace même de ce qu’il tient pour une forme d’op­pres­sion. Un jour, notre homme bous­cule et in­sulte ra­geu­se­ment une rouge en­ceinte. Ré­sul­tat : un an de pri­son et 2250 eu­ros de ré­pa­ra­tions. Dans cette so­cié­té (à peine) ima­gi­naire, où le ra­cisme est soi­gné lors de réunions du type Al­coo­liques ano­nymes, Amé­dée su­bi­ra un pre­mier chan­ge­ment. Puis, par amour, il vi­vra une deuxième évo­lu­tion, avant d’en connaître une troi­sième – qui ver­ra un com­bat entre l’Amé­dée d’avant et ce­lui d’après… Qui l’em­por­te­ra?

Ré­pon­dant au ra­cisme par le cy­nisme, Les Peaux rouges dy­na­mite in­tel­li­gem­ment les pe­tites idées du re­pli iden­ti­taire. Grâce à une langue ma­li­cieuse, Em­ma­nuel Brault réus­sit là une fable qui vire à la fo­lie kaf­kaïenne et apo­ca­lyp­tique. Un pa­ri gon­flé – et réus­si ! Hu­bert Ar­tus

Les Peaux rouges par Em­ma­nuel

Brault, 198 p., Gras­set, 17,50 €. En li­brai­rie le 30 août.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.