Les dents re­trou­vées

Un ro­man fan­tai­siste dans le­quel un pseu­do-com­mis­saire-pri­seur dé­cide de vendre ses dents en pré­ten­dant qu’elles sont celles de per­son­na­li­tés.

Lire - - Romansétrangers -

«J e suis un homme flexible », pré­cise Gus­ta­vo San­chez – sur­nom­mé Gran­droute – pour dé­crire son ca­rac­tère et son ab­sence de prin­cipes. Ce gar­çon ca­pable d’imi­ter Ja­nis Jo­plin après deux verres de rhum am­bi­tionne de de­ve­nir com­mis­saire-pri­seur et de réa­li­ser le coup du siècle : ar­ra­cher ses dents et les vendre en fai­sant croire qu’elles ap­par­tiennent à Pla­ton, saint Au­gus­tin, Pé­trarque, Mon­taigne ou Vir­gi­nia Woolf. Tan­dis que la vente se dé­roule dans les meilleures condi­tions, Gran­droute s’aper­çoit que son propre fils, Sid­dhar­tha, réus­sit à ache­ter un lot. « Une main s’est le­vée. Il s’est pas­sé exac­te­ment ce que j’avais ima­gi­né. Pour la somme de 1000 pe­sos, Sid­dhar­tha m’a ache­té. » Telle est la pre­mière par­tie de ce livre dont chaque cha­pitre mo­di­fie l’es­prit et le conte­nu du pré­cé­dent. Tan­tôt al­lé­go­rie, tan­tôt pa­ra­bole, L’His­toire de mes dents est une oeuvre cir­cu­laire, el­lip­tique et dé­so­pi­lante. Pas éton­nant que Borges et Vi­la-Ma­tas y fassent de la fi­gu­ra­tion car le ro­man est dé­li­cieu­se­ment chao­tique, truf­fé de ré­fé­rences et d’em­prunts. « Ce livre est le fruit de plu­sieurs col­la­bo­ra­tions », conclut Va­le­ria Lui­sel­li, au­teure mexi­caine vivant à New York et vé­ri­table bi­blio­thèque am­bu­lante pour notre plus grand bon­heur. De quoi sou­rire… à pleines dents ! C.F.

L’His­toire de mes dents (The Sto­ry of My Teeth) par Va­le­ria Lui­sel­li, tra­duit de l’an­glais (Etats-Unis) par Ni­co­las Ri­chard, 192 p., L’Oli­vier, 19,50

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.