L’âme des hor­loges

A tra­vers les pé­ré­gri­na­tions d’un hor­lo­ger en Chine, l’écrivain au­tri­chien livre un ma­gni­fique conte phi­lo­so­phique sur le temps.

Lire - - Roman Étranger Extrait - Chris­toph RANS­MAYR

De­puis la tra­duc­tion en France à la fin des an­nées 1980 des Ef­frois de la glace et des té­nèbres, Chris­toph Rans­mayr tu­toie avec une belle constance les cimes lit­té­raires. Après les nom­breux voyages réunis dans At­las d’un homme in­quiet (prix du Meilleur livre étran­ger et prix JeanMon­net de lit­té­ra­ture eu­ro­péenne), l’Au­tri­chien nous re­vient ro­man­cier.

Avec un livre im­mense, Cox ou la course du temps, qui en­traîne le lec­teur vers la Chine du XVIIIe siècle. Celle du tout- puis­sant em­pe­reur Qian­long, qui voit et en­tend tout, châ­tie cruel­le­ment ceux qui le tra­hissent. Un vé­ri­table dieu aux mul­tiples noms : l’Au­guste, le Fils du Ciel, le Sei­gneur des Dix Mille Ans, l’Inat­ta­quable, l’In­vin­cible. Qian­long a man­da­té au­près de lui Alis­ter Cox, l’hor­lo­ger et construc­teur d’au­to­mates le plus doué du monde oc­ci­den­tal.

Au som­met de sa gloire, cet An­glais est bri­sé de­puis la mort, à l’âge de 5 ans, de sa fille Abi­gaïl. Bien qu’en­core pa­ra­ly­sé par la dou­leur, le voi­ci pour­tant qui laisse sa mu­tique épouse et quitte Sou­thamp­ton pour un voyage en mer de sept mois à bord d’un trois-mâts en di­rec­tion de Bei­jing et de la Ci­té pourpre in­ter­dite, où il se­ra lo­gé au Pa­lais. Le créa­teur est ac­com­pa­gné de ses as­sis­tants, or­fèvres et mé­ca­ni­ciens. Il fait la moi­tié du tour de la Terre à la voile, na­vi­gant à contre-cou­rant, pour ré­pondre à une com­mande plus hors norme que ja­mais. L’oc­ca­sion de l’ai­der à « se dé­tour­ner de l’inexo­ra­bi­li­té du temps » et de re­prendre son art.

L’em­pe­reur Qia­long sol­li­cite son in­ven­ti­vi­té et son ima­gi­na­tion. De Cox, il n’at­tend rien de moins qu’il in­vente des hor­loges ca­pables de me­su­rer les va­ria­tions de la course du temps et de le dé­vo­rer… Con­teur et sty­liste re­mar­quables, Chris­toph Rans­mayr im­pres­sionne et en­voûte à la fois par son pro­pos et son style. L’au­teur de La Mon­tagne vo­lante com­bine par­fai­te­ment vio­lence et beau­té tout au long d’un opus ma­jeur que l’on n’est pas prêt d’ou­blier. A.F.

HHHH Cox ou la course du temps (Cox oder der Lauf der Zeit) par Chris­toph Rans­mayr, tra­duit de l’al­le­mand par Ber­nard Kreiss, 336 p., Al­bin Mi­chel, 22,50 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.