Haut les mains

Un es­sai pas­sion­nant sur l’im­por­tance de tou­cher, ma­nier, tri­po­ter, pour se connaître sur le bout des doigts!

Lire - - Psy - Da­rian LEA­DER

Il faut prê­ter at­ten­tion à nos mains. Jeux de mains, main in­vi­sible et mer­can­tile, gar­der la main, s’en re­mettre dans les mains de Dieu. On peut même ris­quer une ré­fé­rence plus éru­dite à Ci­cé­ron, celle de la ser­mo cor­po­ris, la ges­tuelle qui scande l’élo­quence du rhé­teur. Ci­cé­ron dont les mains cou­pées, après son as­sas­si­nat, furent of­fertes au pu­blic. Plus près de nous, le syn­drome de la main étran­gère ; cette main qui s’agite et que veut, vai­ne­ment, contrô­ler l’autre. Dans le film Doc­teur Fo­la­mour, de Stan­ley Ku­brick, le sa­vant fou ne peut s’em­pê­cher de faire le sa­lut na­zi. Ja­mais en panne d’ori­gi­na­li­té, le psy­cha­na­lyste bri­tan­nique Da­rian Lea­der ob­serve le foe­tus qui dé­ploie la pe­tite palme de ses doigts et le nour­ris­son qui ex­plore avec sa bouche les re­coins du monde, avant de le tâ­ter avec une rare obs­ti­na­tion. On peut mou­rir de n’être pas tou­ché, ca­res­sé; ce dont té­moigne le be­soin de se mas­tur­ber. Tra­ver­sant le ci­né­ma, la lit­té­ra­ture, les arts, l’es­sai Mains plonge le lec­teur dans une éton­nante his­toire de celles-ci. Que n’a-t-on ac­cu­sé l’in­di­vi­dua­lisme mo­derne contem­po­rain de se perdre dans les ob­jets tech­no­lo­giques : por­tables, or­di­na­teurs, jeux vi­déo. Et pour­tant, c’est tou­jours la main plus ou moins ha­bile qui est sol­li­ci­tée. Alors, feuille­tons et li­sons ces pages qui font sen­tir la chair du monde. Alain Ru­bens

HHHMains: ce que nous fai­sons d’elles, et pour­quoi (Hands: What We Do with Them – and Why) par Da­rian Lea­der, tra­duit de l’an­glais par Fran­çois Cus­set, 228 p., Al­bin Mi­chel, 17,50 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.