Par ac­ci­dent

Aye­let GUN­DAR-GO­SHEN Dans ce thril­ler où il est ques­tion d’ache­ter le si­lence d’une femme, la ten­sion est à son comble!

Lire - - Romansétrangers -

Les lec­trices et lec­teurs fran­çais de l’Is­raé­lienne Ze­ruya Sha­lev se­raient bien avi­sés de dé­cou­vrir l’uni­vers d’Aye­let Gun­dar- Go­shen. Dé­jà re­mar­quée avec Une nuit, Mar­ko­vitch, elle frappe plus fort en­core avec l’im­pres­sion­nant Ré­veiller les lions. Le doc­teur Ethan Green ha­bite une villa ré­si­den­tielle. Il est ma­rié de­puis quinze ans avec Liath, ins­pec­trice de po­lice ju­di­ciaire avec qui il a deux gar­çons. La pous­sière om­ni­pré­sente de la ville de Beer-She­va, Ethan s’en échappe en tra­vaillant dix-neuf heures d’af­fi­lée sous la cli­ma­ti­sa­tion de l’hô­pi­tal qui le pro­tège aus­si de la cha­leur du dé­sert. Une nuit, alors qu’il rentre d’une garde à bord de son 4X4 rouge, le neu­ro­chi­rur­gien per­cute un homme. Mal­gré l’état plus que cri­tique de la vic­time, il dé­cide de re­par­tir sans lui por­ter se­cours. Avant d’être, le len­de­main, abor­dé par la femme de l’ac­ci­den­té qui lui fixe ren­dez-vous dans un ga­rage désaf­fec­té. En échange de son si­lence, le doc­teur Green va com­men­cer à y soi­gner une co­horte d’Ery­thréens clan­des­tins. Aye­let Gun­dar-Go­shen aus­culte ici un couple, passe de l’homme à la femme, montre ce que l’on ne par­vient pas à par­ta­ger. Le men­songe qui s’ins­talle. Des routes qui dé­vient… Puis­sant et beau, Ré­veiller les lions confirme l’im­por­tance de la nou­velle voix de la lit­té­ra­ture is­raé­lienne.

Alexandre Fillon

HHH Ré­veiller les lions par Aye­let Gun­darGo­shen, tra­duit de l’hé­breu par Lau­rence Sen­dro­wicz, 416 p., Presses de la Ci­té, 22,50 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.