OB­SES­SION SPÉ­CIAL MODE

Les ré­cents dé­fi­lés de Mi­lan, Londres et Pa­ris dé­voi­laient les vê­te­ments mas­cu­lins de l’été 2015. Avec une pré­di­lec­tion pour la non­cha­lance, le ba­di­nage, l’hu­mour et le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique

L'Obs - - Sommaire - Par Jo­seph Ghosn, oli­vier wi­cker, yas­min kay­ser et tess lo­chans­ki

L’ère du re­pos A Mi­lan, Londres et Pa­ris la mode mas­cu­line de l’été 2015 se dévoile

Est-ce un signe de l’époque qui change ? Les gar­çons n’avancent plus mas­qués. Ils pré­fèrent se mon­trer torse nu – ou, comme chez le Belge Dries Van No­ten, avec une sangle tra­ver­sant la poi­trine. La col­lec­tion pré­sen­tée par ce der­nier ré­su­mait bien l’en­semble des ten­dances des col­lec­tions mas­cu­lines de l’été pro­chain. Il était pos­sible d’y voir des sil­houettes jo­li­ment re­lâ­chées, ha­billées de cos­tumes dé­con­trac­tés, re­le­vant da­van­tage d’un py­ja­ma de soie confec­tion­né pour un dan­dy lon­do­nien ou ma­dri­lène fin de siècle que du bu­si­ness suit. On y aper­ce­vait aus­si, en fi­li­grane, le sou­ci de sculp­ter des sil­houettes aux al­lures lé­gè­re­ment in­do­lentes, ha­billées pour un été, dont on ignore très clai­re­ment la na­ture, mais que l’on es­père re­po­sant.

La fin des sai­sons a pré­ci­pi­té la mode dans un bouillon créa­tif, où tout s’em­mêle ; les vê­te­ments d’été ont per­du la clar­té de leur fonc­tion. De sorte que l’on peut dé­sor­mais, en plein été, su­per­po­ser une veste clas­sique et un blou­son un peu rock, mettre un cos­tume d’al­lure très clas­sique avec des san­dales de plage, se le faire élé­gam­ment ba­rio­ler comme chez Dior Homme ou le por­ter avec les ge­noux dé­chi­rés comme chez Kris Van Assche. Il y avait aus­si de l’es­pace pour beau­coup d’hu­mour. Comme chez Ken­zo, où les deux di­rec­teurs ar­tis­tiques de la marque, Um­ber­to Leon et Ca­rol Lim, ont construit leur col­lec­tion au­tour de l’idée de cet exo­tisme qu’ils éprouvent, eux les Ca­li­for­niens, dans leurs bu­reaux pa­ri­siens, mais aus­si new-yor­kais. Du coup, les vê­te­ments qu’ils pro­posent, pour l’été pro­chain des­sinent la fi­gure d’un tou­riste qui ose l’ex­tra­va­gance lors­qu’il se pro­mène loin de chez lui. Une ex­tra­va­gance qui se lit dans la fa­çon de dé­cons­truire les vê­te­ments, de les im­pri­mer à coups de gros pois pop ou de pla­quer les fi­gures de Ga­vroche et de la sta­tue de la Li­ber­té sur des dé­bar­deurs que l’on au­rait vus sur des étals à la sau­vette mais qui, ré­cu­pé­rés par une marque de luxe, de­viennent les éten­dards d’un nou­veau tou­risme, dé­con­trac­té, dé­com­plexé, qui ose les mé­langes. Chez le jeune créa­teur Ju­lien Da­vid, il y avait la même dé­con­trac­tion à l’oeuvre: il a fait im­pri­mer un smo­king en trompe l’oeil sur une combinaison de surf comme pour si­gni­fier que l’on peut être bien ha­billé tout en étant prêt à se mouiller en­tiè­re­ment. Le meilleur des deux mondes.

Au mi­lieu de ces mixages sty­lis­tiques, un ni­vel­le­ment par le haut semble s’être pro­duit : les marques les plus clas­siques adoptent dé­sor­mais les ma­nières de celles qui étaient, hier en­core, avant-gar­distes. Les plus tem­pé­rées osent dé­sor­mais des sil­houettes plus in­no­vantes, plus ra­di­cales. Chez Va­len­ti­no, les cos­tumes amples se lais­saient en­va­hir par des mo­tifs ca­che­mire, le tout ex­ha­lant une dou­ceur de vivre très non­cha­lante, ap­pro­priée à l’anar­chie contem­po­raine du cli­mat et de son ré­chauf­fe­ment pro­gram­mé.

ken­zo

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.