Sé­bas­tien Thié­ry

Lors de la Nuit des Mo­lières, il s’est pré­sen­té à poil de­vant Fleur Pellerin, la mi­nistre de la Culture. Mais qui se cache der­rière cette nu­di­té ?

L'Obs - - 10 Choses À Savoir Sur… - JACQUES NERSON

CARTE D’IDEN­TI­TÉ Avec sept co­mé­dies et deux re­cueils de sketchs à son ac­tif, Sé­bas­tien Thié­ry qui fête ses 45 ans ces jours-ci est de­ve­nu l’un des rois du théâtre privé pa­ri­sien. Il fi­gure par­mi les dra­ma­turges fran­çais les plus tra­duits et joués à l’étran­ger. Plai­dant l’autre soir en fa­veur des au­teurs né­ces­si­teux, il ne prê­chait donc pas pour sa pa­roisse.

2

FILS À BEAU-PAPA Phi­lippe Tes­son (pho­to), son beau­père, a tout fait pour le dis­sua­der de se désha­biller aux Mo­lières. Il l’ad­ju­rait de ne pas s’abais­ser à cette pro­vo­ca­tion. Au vu de son numéro, il a chan­gé d’avis. Sé­bas­tien Thié­ry re­con­naît qu’être le gendre de Tes­son a ac­cé­lé­ré sa car­rière, mais rap­pelle qu’il était dé­jà édi­té par lui avant d’épou­ser sa fille. En somme, il n’au­rait pas épou­sé Daph­né pour être édi­té mais se se­rait fait édi­ter pour se ma­rier avec elle.

3

TE­NUE D’ADAM C’est Ni­co­las Be­dos qui lui a de­man­dé de se mon­trer dans le plus simple ap­pa­reil. Sans doute parce que dans sa der­nière pièce, « Deux Hommes tout nus », qui a fait un ta­bac cette sai­son, il se pré­sen­tait dé­jà in na­tu­ra­li­bus. Pour lui, la nu­di­té de l’acteur est si­non un cache-sexe, un cache-mi­sère qui fait ou­blier les fai­blesses du texte. Mais il se dé­fend d’être ex­hi­bi­tion­niste et jure qu’il ferme la porte quand il prend sa douche.

4

MI­NISTRE IN­TER­DITE La di­rec­tion de France Té­lé­vi­sions avait été pré­ve­nue, mais Fleur n’avait pas été mise au par­fum. Cet e euillage sur­prise n’a nul­le­ment o us­qué la mi­nistre. Qui dès le len­de­main adres­sait un mes­sage à Sé­bas­tien Thié­ry pour le prier d’ex­cu­ser son manque d’en­train : ve­nant d’ap­prendre la dis­pa­ri­tion de son col­la­bo­ra­teur Pierre-Vla­di­mir Lo­ba­dows­ky dans le séisme de Kat­man­dou, elle n’avait pas vrai­ment le coeur à rire.

5

PSY­CHA­NA­LYSE SAU­VAGE Né du ma­riage d’un père can­ta­lien, au­to­di­dacte, suc­ces­si­ve­ment fleu­riste, hô­te­lier et « homme d’a aires à l’au­ver­gnate » et d’une mère « pe­ti­te­bour­geoise à pe­tits prin­cipes et pe­tit por­te­feuille bour­sier », il confie avoir choi­si le théâtre pour se faire re­mar­quer d’elle et dit ga­gner sa vie avec les failles et les dou­leurs qu’elle a lais­sées en lui : « Je lui suis plus re­con­nais­sant que je ne lui en veux. »

6

COUP DE PUB Il a de­puis tou­jours un sens ai­gu de la com­mu­ni­ca­tion. Ra­mant à ses dé­buts d’acteur, l’idée lui vient de li­vrer le pe­tit dé­jeu­ner à do­mi­cile, dé­gui­sé en maître d’hô­tel, chez ses em­ployeurs po­ten­tiels. Ce qui in­dis­po­se­ra cer­tains (Pa­trice Ker­brat, Ro­ger Plan­chon, Pa­trice Ché­reau ou en­core Gé­rard Ju­gnot) mais amu­se­ra les autres. Ber­trand Ta­ver­nier et Jo­sée Dayan lui pro­po­se­ront un rôle. Gé­rard Ju­gnot aus­si, un an plus tard. Sa car­rière se­ra lan­cée.

7

PAS­SION DU JEU Le théâtre n’est pas sa seule pas­sion. Il adore les matchs de foot (il sup­porte le PSG), joue au po­ker et sur­tout au ta­rot, et fré­quente les champs de courses. Il pa­riait dé­jà avant d’avoir fait for­tune. Jed Wa­ter, une pou­liche de 4 ans dont il dé­tient des parts, vient jus­te­ment de cou­rir à Saint-Cloud.

8

DOU­LEUR SOURDE Son frère Tho­mas est né sourd et Loup, l’aî­né des deux fils que Daph­né lui a don­nés, est mal­en­ten­dant, mais leurs sur­di­tés n’ont rien à voir sur le plan mé­di­cal. Etran­ge­ment, Sé­bas­tien Thié­ry va te­nir le rôle d’un sourd dans sa pro­chaine pièce, « Mo­mo », créée à la ren­trée pro­chaine au Théâtre de Pa­ris, avec Mu­riel Ro­bin et Fran­çois Ber­léand. In­car­ner son frère le trouble.

9

ACTEUR DRA­MA­TURGE Pen­dant des an­nées, il a dé­cla­ré n’écrire des pièces que pour les jouer. Au­jourd’hui, l’au­teur a pris le pas sur l’acteur. Il prend même plus de plai­sir à écrire qu’à jouer. Comme acteur, il se dit « rem­pla­çable mais pas as­sez mau­vais pour s’ex­clure ».

10

CLOWN TRISTE En­joué en pu­blic, Sé­bas­tien Thié­ry s’avoue sombre et an­gois­sé dans le privé, seul avec sa femme : « Quelle drôle d’ex­pres­sion : seul avec sa femme ! » Son pre­mier grand suc­cès (« Co­chons d’Inde », avec Pa­trick Ches­nais) l’a plon­gé dans la dé­pres­sion. « Jusque-là, je m’étais cru mal­heu­reux parce que je n’étais pas re­con­nu, je me suis aper­çu que ce n’était pas pour ça. » Si bien qu’il s’est long­temps al­lon­gé, trois fois par se­maine, sur un di­van la­ca­nien. Et qu’il fait tous les deux jours du jog­ging au parc Mon­ceau. Oui, le clown est triste.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.