L’in­cer­taine bous­sole de Ber­cy

Pour me­su­rer l’im­pact des dé­ci­sions fis­cales, le mi­nis­tère des Fi­nances uti­lise un lo­gi­ciel qui si­mule les ré­ac­tions de l’éco­no­mie fran­çaise. Se­rait-il à l’ori­gine des er­reurs de nos gou­ver­nants ? Cer­tains le pensent…

L'Obs - - Grands Formats - SOPHIE FAY SÉ­BAS­TIEN LEBAN

s’agace Hen­ri de Cas­tries.

pour­suit-il. Dans un monde ou­vert, c’est, se­lon l’as­su­reur, un très mau­vais cal­cul car, au fi­nal, les consommateurs se ruent sur les pro­duits d’im­por­ta­tion et la France crée des em­plois peu qua­li­fiés là où elle de­vrait pri­vi­lé­gier ceux à forte va­leur ajou­tée. « Prendre ce mo­dèle pour ar­gent comp­tant, ce­la re­vient à uti­li­ser la mé­de­cine de Dia­foi­rus à l’heure du scan­ner », as­sas­sine le pa­tron.

Pauvre Mé­sange ! Car la cri­tique ne vient pas seule­ment des pa­trons li­bé­raux. Ai­guillon­né par les ca­pi­taines d’in­dus­trie Louis Gal­lois ou Jean-Louis Bef­fa, Arnaud Mon­te­bourg, lors­qu’il était mi­nistre du Re­dres­se­ment pro­duc­tif, était tout aus­si cir­cons­pect. Il au­rait vou­lu concen­trer le

Se­lon Mé­sange, une baisse de 10% de l’eu­ro fait mon­ter le PIB de 0,6% en un an.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.