C’est l’Al­le­magne des an­nées 1920 ou la France des an­nées 1930 ?

L'Obs - - Débats -

Tout à fait. Voire, peut-être, la France des an­nées 2010… C’est une phase d’in­sta­bi­li­té maî­tri­sée. Nor­ma­le­ment, ces ten­sions sont ré­gu­lées par le sys­tème dé­mo­cra­tique qui vise à or­ga­ni­ser la confron­ta­tion des di érences lé­gi­times. Mais elles peuvent s’ag­gra­ver, soit parce que cer­tains fac­teurs d’in­sta­bi­li­té se dé­té­riorent soit parce que les élé­ments de ré­sis­tance dé­mo­cra­tique s’a ai­blissent. De ce ter­reau sort un diable qui naît dans le quo­ti­dien et se nour­rit de crises éco­no­miques, po­li­tiques, re­li­gieuses ou idéo­lo­giques. Cet en­gre­nage se ma­ni­feste par l’af­fir­ma­tion d’ex­tré­mistes qui re­cherchent la loi, l’ordre, le re­tour au pas­sé, c’est-àdire des re­pères fermes dans un cli­mat de confu­sion où les crises ébranlent les re­pères an­té­rieurs. Tou­te­fois, ces groupes ex­tré­mistes de­meurent mi­no­ri­taires… Oui, mais ces mi­no­ri­tés pros­pèrent sur la pas­si­vi­té de la ma­jo­ri­té. Le re­jet et la peur de l’autre contri­buent à créer des boucs émis­saires et à in­ven­ter des com­plots. Cette dy­na­mique conduit à une deuxième étape où les ten­sions semblent im­maî­tri­sables. Le be­soin d’ordre et de sé­cu­ri­té gagne une grande par­tie de l’opi­nion, ra­re­ment ma­jo­ri­taire (33,1% pour les na­zis aux der­nières élec­tions libres) mais qui trouve des al­liés de cir­cons­tance… On glisse vers des ré­gimes hy­brides dont le conte­nu de­vient plus au­to­ri­taire avec une res­tric­tion des li­ber­tés et un a ai­blis­se­ment

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.