Vein­stein sans mi­cro

VE­NISE, AL­LER SIMPLE, PAR ALAIN VEIN­STEIN, SEUIL, 320 P., 19 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - VÉ­RO­NIQUE CASSARIN-GRAND

Un ro­man ? Plus exac­te­ment un jour­nal en miettes, un « car­net des jours sans suite » dans le­quel Alain Vein­stein, ou son al­ter ego nar­ra­teur, ra­conte un dou­lou­reux se­vrage, ce­lui de la ra­dio où, pen­dant trente ans, il a été la voix trouée de si­lences de « Du jour au len­de­main » sur France-Culture. « Au fond, le jour de ma pre­mière émis­sion, je suis en­tré dans le ventre d’une ba­leine dont je viens d’être re­cra­ché com­plè­te­ment broyé. » Rayé des ondes sans autre forme de pro­cès le 4 juillet 2014 après avoir re­çu plus de 7 000 écri­vains dans son stu­dio de Ra­dio-France, on au­rait pu croire que cet as­si­du pra­ti­quant de l’éthique de l’ef­fa­ce­ment al­lait trou­ver la paix de l’âme. Las ! Pour ce « pauvre diable à la croi­sée des mots » , im­pos­sible de leur­rer sa pas­sion presque char­nelle pour la lit­té­ra­ture, le théâtre, la mu­sique, la vie ! Il est tou­jours une ten­ta­tion qui veille. Ve­nise, la dou­ceur de la peau des femmes, l’écri­ture… Et plus que toute autre, celle d’écha­fau­der mille iti­né­raires pour ne pas re­joindre l’ho­ri­zon avant d’avoir épui­sé le souffle puis­sant du rêve.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.