Le disque qui raille

LA­LA­LA, PAR GIEDRÉ (LE RAT DES VILLES). EN CONCERT LE 8 MARS AU CA­FÉ DE LA DANSE, PA­RIS-11E.

L'Obs - - Critiques - SO­PHIE DELASSEIN

D’une voix d’éter­nelle ga­mine, GiedRé en­chaîne les comp­tines aux ar­ran­ge­ments en­fan­tins. On s’ap­prête à o rir son al­bum, « La­la­la », aux ne­veux et nièces en bas âge, quand on s’aper­çoit bien­tôt que la chan­teuse ba­lance, fus­tige, gri e, raille, fu­sille. C’est par­ti­cu­liè­re­ment mé­chant, po­li­ti­que­ment in­cor­rect. C’est à mou­rir de rire. L’ar­tiste, qui s’ap­puie sur une grosse com­mu­nau­té de fans pour pro­duire disques, DVD et concerts, aligne les per­fi­dies : ici, les clo­chards sont des sous-hommes, on sou­haite la mort de grand-mère pour que tombe l’hé­ri­tage, les en­fants sont des monstres dont il faut se mé­fier. Quant à Dieu, c’est la pire des « ar­naques ». Y au­rait-il une vie après la mort ? « Sois tran­quille, il ne se pas­se­ra rien quand tu mour­ras », chante GiedRé avec toute la dou­ceur du monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.