Fillon passe à l’of­fen­sive

L'Obs - - Le Téléphone Rouge - CA­ROLE BAR­JON

Fran­çois Fillon n’est pas mé­con­tent. En si­gnant, dans « le Jour­nal du di­manche », un texte ar­gu­men­té ex­pli­quant pour­quoi il vo­te­rait contre la ré­vi­sion de la Consti­tu­tion, l’an­cien Pre­mier mi­nistre a mar­qué un point dans son camp. Il avait dé­jà fait part de ses ré­serves à plu­sieurs re­prises, no­tam­ment dans une in­ter­view à « Nice-Ma­tin » en dé­cembre. Mais cette fois, Fillon a so­len­ni­sé sa po­si­tion. « En tant que dé­pu­té, je suis un lé­gis­la­teur et un consti­tuant, dit-il à “l’Obs”. On ne peut pas mo­di­fier la Consti­tu­tion à tout bout de champ et la faire des­cendre à des ni­veaux de droit su­bal­ternes. Ce n’est pas un tract! » Pas ques­tion donc de par­ti­ci­per à une « co­mé­die » qui consiste à vo­ter le texte à l’As­sem­blée na­tio­nale… pour lais­ser la droite sé­na­to­riale le re­je­ter. Pas ques­tion non plus d’« o rir une porte de sor­tie » à Hol­lande, dont les ré­ponses au ter­ro­risme laissent, se­lon lui, à dé­si­rer, no­tam­ment en ma­tière de po­li­tique étran­gère. Fillon, meilleur op­po­sant que Sar­ko­zy et Jup­pé? De quoi, es­père-t-il, re­prendre l’avan­tage et com­bler son re­tard dans les son­dages. Em­me­nés par Na­tha­lie Kos­cius­ko-Mo­ri­zet et Pa­trick De­ved­jian, une ving­taine de dé­pu­tés ont dé­jà an­non­cé leur op­po­si­tion. Fillon es­pé­rait bien, lui, en en­traî­ner 30 à 40, y com­pris par­mi ceux de la Droite po­pu­laire, dont le chef, Thier­ry Ma­ria­ni, sar­ko­zyste his­to­rique, vient de lui ap­por­ter pu­bli­que­ment son sou­tien pour 2017. Ma­nière pour l’an­cien Pre­mier mi­nistre de dé­mon­trer à Ni­co­las Sar­ko­zy, qui as­siste chaque se­maine à la réunion du groupe Les Ré­pu­bli­cains, qu’il a plu­sieurs cordes à son arc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.