Jo­na­than et les goé­lands

JET PLANE AND OX­BOW, PAR SHEARWATER (SUB POP/PIAS)

L'Obs - - Critiques - FRAN­ÇOIS ARMANET

L’écran blanc du ciel dans un si­lence ra­dio, des nuits noires comme la pierre où sourd l’ap­pel des goé­lands, du sang sur la plage, des rails rouillés et une lune re­vol­ver. « Si le monde touche à sa fin, si la vie s’en­fuit, vous dé­plo­re­rez pour­tant : mais où sont les Amé­ri­cains ? », chante (en an­glais) Jo­na­than Mei­burg, Texan d’Aus­tin et bien pla­cé pour me­su­rer la me­nace éco­lo­gique. Le lea­der de Shearwater, pas­sion­né d’îles et d’or­ni­tho­lo­gie, livre son al­bum le plus po­li­tique. Onze titres denses. Ac­cents afro-funk de « My Life in the Bush of Ghosts » (Byrne-Eno), ly­risme orien­ta­li­sant du « Sca­ry Mons­ters » (Bo­wie), bal­lades hal­lu­ci­nées fa­çon « The Co­lour of Spring » (Talk Talk) : Shearwater puise ses in­fluences au meilleur des an­nées 1980. Avec l’ur­gence d’un monde au bord du pré­ci­pice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.