FREE LOVE

L'Obs - - Critiques - PAR PE­TER SOL­LETT P. M.

Drame amé­ri­cain, avec Ju­lianne Moore, El­len Page, Mi­chael Shan­non, Steve Ca­rell (1h43).

C’est une his­toire d’amour entre El­len, femme flic du New Jer­sey, et la jo­lie Sta­cie, de 19 ans sa ca­dette. Comme dans « Love Sto­ry », la ma­la­die frappe : El­len est at­teinte d’un can­cer du pou­mon. Les mé­de­cins la dé­clarent condam­née. Alors, elle tente de faire va­loir que sa com­pagne a droit aux mêmes avan­tages fi­nan­ciers que les conjoints des po­li­ciers, elle dont les col­lègues igno­raient les in­cli­na­tions sexuelles. Bien sûr, elle se heurte à des op­po­si­tions de na­ture ho­mo­phobe. C’est de son lit d’hô­pi­tal qu’elle lutte, de plus en plus af­fai­blie, ayant per­du ses che­veux, de sorte que le film s’en re­met alors à un avo­cat new-yor­kais, Ste­ven Gold­stein (Steve Ca­rell), qui mul­ti­plie pro­vo­ca­tions et coups d’éclat. Au­tant la pre­mière par­tie est pre­nante, por­tée par les com­po­si­tions ma­gni­fiques de Ju­lianne Moore et El­len Page, au­tant la se­conde ne pro­gresse qu’à coups de sim­pli­fi­ca­tions ex­ces­sives et de re­tour­ne­ments té­lé­pho­nés (le scé­na­rio est si­gné Ron Nys­wa­ner, l’au­teur de « Phi­la­del­phia »). Alors, oui, les flics ho­mo­phobes se rangent in fine aux ar­gu­ments dé­ve­lop­pés par El­len, Sta­cie et Gold­stein, et cha­cun, jusque dans la salle, y va de sa larme. Mais ce ne sont plus des per­son­nages qui ap­pa­raissent à l’écran, mais des sté­réo­types qui s’agitent au ser­vice d’une cause que le spec­ta­teur sait (heu­reu­se­ment) ga­gnée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.