LES LUN­DIS DE DELFEIL DE TON

Où l’on voit qu’il y en a qui foncent

L'Obs - - Le Sommaire - D. D. T.

Les Fran­çais sont tout contents quand ils vendent de l’ar­me­ment à l’étran­ger, eh bien les Chi­nois c’est tout pa­reil. Les voi­ci troi­sièmes mon­diaux pour ce type d’ex­por­ta­tion. C’est grâce aux drones, aux drones mi­li­taires. Ils en vendent à plus de dix pays, an­noncent-ils, fa­çon de faire sa­voir qu’ils sont dis­po­sés à en vendre à d’autres. Bonne nou­velle, n’es­til pas vrai ? Les or­ga­ni­sa­tions ter­ro­ristes ne vont pas tar­der à en être équi­pées. Fi­ni, le bon temps. Le ter­ro­riste ne se conten­te­ra plus de re­ce­voir sur le coin de la fi­gure les bombes gui­dées au la­ser. Nous autres, an­ti­ter­ro­ristes, va fal­loir goû­ter au truc.

Le drone mi­li­taire à la dis­po­si­tion de tout un cha­cun ca­pable de le payer ou de s’en em­pa­rer, il fal­lait être bien dis­trait pour ne pas s’y at­tendre. A chaque fois qu’on nous vante une éli­mi­na­tion par drone, comment ne pas pen­ser que nous ne gar­de­rons pas éter­nel­le­ment l’ex­clu­si­vi­té de cet en­gin si pra­tique? Pas de sur­prise, donc, à l’an­nonce des ventes chi­noises. Une sur­prise d’un autre ordre nous est tom­bée des­sus cette se­maine : pour le dé­fi­lé du 14-Juillet, cette an­née, le peuple as­sem­blé sur les Champs-Ely­sées pour­ra voir et com­pli­men­ter les gar­diens de nos prisons. L’ima­gi­na­tion de nos so­cia­listes est en train de dé­pas­ser les li­mites. Le dé­fi­lé des gar­diens de pri­son ! Ils por­te­ront un uni­forme de ga­la? Ils se­ront pré­cé­dés de leur éten­dard or­né d’une clé géante ?

Sup­po­si­tion que la Le Pen soit élue pré­sident de la Ré­pu­blique. Ou que son Front na­tio­nal ait la ma­jo­ri­té aux lé­gis­la­tives de l’an­née pro­chaine. Le coup du dé­fi­lé des gar­diens de pri­son, elle n’au­ra pas be­soin de l’in­ven­ter. Bah ! elle trou­ve­ra d’autres choses, l’ex­trême-droite n’est ja­mais en reste. Re­gar­dons en Suède, pays ré­pu­té pour sa mo­dé­ra­tion. Un élu d’ex­trê­me­droite, qui n’aime pas la re­li­gion mu­sul­mane et sur­tout les mu­sul­mans, vou­lait faire d’une pierre deux coups en fai­sant sau­ter une mos­quée et ses fi­dèles. Le pro­cé­dé ? La cein­ture d’ex­plo­sifs. Ka­mi­kaze, le gars. A leur ma­nière, an­non­çait-il sur in­ter­net et sous un pseu­do. Il a été heu­reu­se­ment dé­mas­qué. Si tout le monde s’y met, à faire le ka­mi­kaze, ça va perdre de sa si­gni­fi­ca­tion. Ce se­ra la ca­co­pho­nie. Car­ré­ment.

Ce­lui-ci te­nait un pe­tit com­merce à Bor­deaux. Il fai­sait épi­ce­rie, li­brai­rie, ha­bits à la mode. A la mode mu­sul­mane, uni­que­ment. L’épi­ce­rie était ha­lal et la li­brai­rie ne pro­po­sait pas de ro­mans ri­go­los. Rien à re­dire. Là où la Ré­pu­blique a ti­qué, c’est quand il a a ché ses jours de vente : la se­maine ré­ser­vée aux hommes, le wee­kend ré­ser­vé à la clien­tèle fé­mi­nine. Et l’éga­li­té, alors? Pour dis­cri­mi­na­tion, il vient d’être condam­né à une peine lé­gère, entre-temps son com­merce avait pé­ri­cli­té. Il a même per­du sa femme. Elle en avait as­sez de son conver­ti de ma­ri. Le­quel vit main­te­nant tout seul, au chô­mage, du RSA, la Ré­pu­blique n’est pas près de ré­cu­pé­rer ses 500 eu­ros d’amende. Don­nons son nom, pour mon­trer que la pré­des­ti­na­tion n’a rien eu à voir dans l’a aire : Mi­cha­lon. Pré­nom Jean-Bap­tiste, ce qui est une sorte de comble pour un ma­ho­mé­tan.

On est en plein dans la pé­riode de dé­cla­ra­tion des re­ve­nus. En Amé­rique, les im­pôts existent aus­si. Le can­di­dat Do­nald Trump a-t-il un plan pour la fis­ca­li­té ? En cas d’élec­tion, il avi­se­ra. Pour l’heure, les contri­bu­tions, il s’oc­cupe des siennes. Le « Wall Street Jour­nal » rap­porte comment, à 50 miles de Man­hat­tan où il pos­sède un ter­rain de golf, il évite de payer 80 000 dol­lars de taxe fon­cière et en paie moins de 1000 en gar­dant huit chèvres dans un en­clos, ce qui lui per­met de se dé­cla­rer fer­mier. Dans le New Jer­sey, ex­plique le « Wall Street Jour­nal », la taxe fon­cière est en e et des­ti­née à conser­ver des terres à l’agri­cul­ture et les huit chèvres de Trump re­pré­sentent sa par­ti­ci­pa­tion à cette ac­ti­vi­té. Ac­ti­vi­té qu’il par­tage d’ailleurs avec les autres mil­liar­daires du coin. « L’Amé­rique d’abord », pro­clame le gu­gusse. Après lui quand même.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.