Ri­chard coeur de lion

QUINZE ROUNDS, PAR RI­CHARD BOHRINGER, FLAMMARION, 296 P., 17 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - F. F.

Le style Bohringer : em­por­té, cha­leu­reux, ca­den­cé. Le can­cer a at­ta­qué l’ac­teur : il s’est dé­fen­du. La vie fout le camp ? Elle a été belle, quand même. Ri­chard Bohringer a été « cou­reur de sa­vanes, en­jam­beur d’océans », co­mé­dien à la voix rauque, au­teur à la plume dé­ca­pante de « C’est beau une ville la nuit » (1988). En quinze cha­pitres et au­tant de rounds, il évoque ses dé­si­rs de voyage, en­fant ; ses ren­contres avec la mu­sique, dans des « nuits mul­ti­co­lores » ; ses images sa­fra­nées du Sé­né­gal ; ses chambres d’hô­tel au bout du monde… C’est un livre qu’on lit à cru, au ga­lop, presque hors d’ha­leine. Bohringer ne ma­quille rien, ne cache rien. Il se livre en­tier, avant que le ri­deau ne tombe. Certes, la vie a pas­sé trop vite, mais quoi ? Il reste ces sou­ve­nirs, je­tés sur la page comme des ti­sons.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.