ÉTRAN­GER

QUAND J’ÉTAIS EN­FANT, JE LISAIS DES LIVRES PAR MARILYNNE ROBINSON, TRADUIT DE L’AN­GLAIS PAR SIMON BARIL

L'Obs - - Critiques - DI­DIER JACOB

Actes Sud, 300 p., 22,80 eu­ros. « Quand j’étais en­fant, […] je pré­fé­rais les livres an­ciens, épais et dif­fi­ciles. » L’au­teur de « Gi­lead » re­trace son édu­ca­tion mo­rale et lit­té­raire dans une Amé­rique pas­to­rale, s’in­ter­ro­geant aus­si sur les ori­gines his­to­riques et my­tho­lo­giques de son pays. Com­ment la pe­tite fille qui al­lait de­ve­nir l’au­teur de che­vet du président Oba­ma et l’une des femmes de lettres les plus res­pec­tées des Etats-Unis a-t-elle trou­vé dans les écrits de Cal­vin et de la Bible les ou­tils pour mieux com­prendre la vraie na­ture de l’Amé­rique ? Com­ment la jeune fille de l’Ouest a-t-elle dé­cou­vert le sens du sa­cré dans la ferme de ses grands-pa­rents, à Sagle ? Ré­ponses, pas­sion­nantes et ins­pi­rées, dans ce livre qui per­met de mieux com­prendre le par­cours in­tel­lec­tuel de Miss Robinson.

Marilynne Robinson re­çoit la Na­tio­nal Hu­ma­ni­ties Me­dal de Ba­rack Oba­ma en 2013.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.