MR GAGA, SUR LES PAS D’OHAD NAHARIN PAR TOMER HEYMANN

L'Obs - - Critiques - F. F.

Do­cu­men­taire is­raé­lien (1h43).

Ohad Naharin : cho­ré­graphe is­raé­lien qui, dit-on, est in­ter­na­tio­na­le­ment connu. Pour ceux qui, comme moi, n’ont ja­mais en­ten­du par­ler de cet homme, le do­cu­men­taire de Tomer Heymann est une ré­vé­la­tion : Naharin a un style très per­son­nel, quelque chose entre la scène rock, le bal­let clas­sique, les fo­lies de Mar­tha Gra­ham (dont notre homme a été l’élève) et le syn­drome de Gilles de la Tou­rette. On aime ou pas, mais Mr Gaga (ain­si af­fec­tueu­se­ment sur­nom­mé), a in­con­tes­ta­ble­ment lais­sé son em­preinte sur la danse mo­derne. Le film pa­nache les té­moi­gnages de ses dan­seurs, de la troupe Bat­she­va, les re­por­tages sur les ré­pé­ti­tions, les images d’ama­teurs, les do­cu­ments an­ciens. Le plus étrange, c’est que Naharin a choi­si de de­ve­nir dan­seur à 22 ans, âge ca­no­nique, et, après un pas­sage à New York et à Bruxelles, il est pas­sé à la mise en scène en 1980, créant plu­sieurs di­zaines de spec­tacles étranges, pro­vo­quant cri­tiques et louanges à la fois. Le film montre un homme à la fois im­bu et en­tê­té, peu com­mu­ni­ca­tif et in­croya­ble­ment gra­cieux, at­ta­chant et presque rogue. Au­teur d’une poi­gnée de do­cu­men­taires (dont « Pa­per Dolls » en 2006), Tomer Heymann est vi­si­ble­ment fas­ci­né par Mr Gaga. Il y a de quoi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.