Ca­ze­neuve s’agace de “Kaillard et Bran­ner”

L'Obs - - Le Téléphone Rouge - SERGE RAFFY

Ber­nard Ca­ze­neuve (pho­to) ne dé­co­lère pas contre le mi­nistre des Sports, Pa­trick Kan­ner, et son se­cré­taire d’Etat, Thier­ry Braillard. Le mi­nistre de l’Intérieur re­proche au duo, que ses col­la­bo­ra­teurs sur­nomment « Kaillard et Bran­ner », al­lu­sion per­fide aux Du­pond et Du­pont, de ra­me­ner la ques­tion des hoo­li­gans russes et an­glais à un simple pro­blème de sé­cu­ri­té pu­blique. Or le pre­mier flic de France pense qu’il s’agit avant tout d’un pro­blème spor­tif. « Kan­ner est aux abon­nés ab­sents sur ce dos­sier! » tem­pête le lo­ca­taire de la place Beau­vau. Ca­ze­neuve ai­me­rait que le « tan­dem res­té aux abris » sorte de sa ré­serve et mette la pres­sion sur les di­ri­geants de l’UEFA pour qu’ils me­nacent les pays trop laxistes en ma­tière de hoo­li­ga­nisme de sanc­tions sé­vères. Dé­chéance des équipes na­tio­nales dans les clas­se­ments in­ter­na­tio­naux, éli­mi­na­tion dans les com­pé­ti­tions eu­ro­péennes, sanc­tions fi­nan­cières, etc. Sé­cu­ri­té, me­naces ter­ro­ristes sur l’Eu­ro, hoo­li­ga­nisme, pa­nique dans les trans­ports… dans cet amon­cel­le­ment de dif­fi­cul­tés, Ber­nard Ca­ze­neuve au­ra un mo­ment de ré­pit et de bon­heur cette se­maine : il pré­si­de­ra, ce jeu­di en fin de jour­née, au mi­nis­tère, la cé­ré­mo­nie de na­tu­ra­li­sa­tion du chef des vi­giles du Ba­ta­clan, « Di­di ». Ce der­nier a sou­hai­té que ce mo­ment se fasse dans la dis­cré­tion et l’ano­ny­mat. Son nom n’ap­pa­raît pas même sur les car­tons d’in­vi­ta­tion en­voyés à ses amis et ses proches. Pour vivre heu­reux, vi­vons ca­chés…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.