Par­touze ar­gen­tine

ENTRE HOMMES, PAR GERMÁN MAGGIORI, TRA­DUIT PAR NEL­LY GUICHERD, LA DER­NIÈRE GOUTTE, 372 P., 20 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - FRAN­ÇOIS FO­RES­TIER

Un po­lar ar­gen­tin ? Wel­come. Gé­nial, en plus ? Su­per. Le livre a été pu­blié en 2001 à Bue­nos Aires (pho­to), en pleine crise éco­no­mique, et a connu un che­mi­ne­ment se­cret, pas­sant de main en main pour émer­ger au­jourd’hui en France, en­fin. L’his­toire est tout sauf simple : des bour­geois se livrent à une par­touze, une pute meurt, tout est fil­mé. L’en­quête vire au chaos. Les deux flics, le Tim­bré et le Monstre, char­gés de ré­cu­pé­rer l’en­re­gis­tre­ment plongent dans les bas-fonds, où la came, la pour­ri­ture, la vio­lence règnent. Tra­ve­los, dea­lers, pe­tites frappes, dé­fon­cés, flics vé­reux, tout le monde danse au rythme de la dope. C’est écrit au cou­teau, dans une am­biance noi­ris­sime, avec des per­son­nages bien glauques – hé­ri­tiers de la dic­ta­ture, ex-tor­tion­naires, jeunes loups, dé­ca­dence to­tale. Le por­trait de la so­cié­té ar­gen­tine qui, se­lon l’au­teur, s’est en­core dé­gra­dée de­puis, est ab­so­lu­ment ter­rible, on sent les flammes de l’en­fer. Mais qui est Germán Maggiori, au­teur d’un seul autre livre (non tra­duit), « Cría Ter­mi­nal » ? On ai­me­rait en sa­voir plus. « Entre hommes », où la fo­lie règne, est unique en son genre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.