L’HEURE DE LA LI­BÉ­RA­TION A SON­NÉ PAR HEINY SROUR

L'Obs - - Critiques - FRAN­ÇOIS FO­RES­TIER

Do­cu­men­taire fran­co-an­glo-li­ba­nais (1h).

De quel dé­pôt ou­blié est sor­ti ce do­cu­men­taire réa­li­sé au dé­but des an­nées 1970 ? Heiny Srour, eth­no­logue li­ba­naise, y filme le com­bat du Front de Li­bé­ra­tion du Dho­far : le FLD a pris les armes pour conqué­rir la li­ber­té, dans la faille ou­verte par la suc­ces­sion dy­nas­tique dans le sul­ta­nat d’Oman. Saïd Ben Tay­mour, di­ri­geant de­puis 1932, sul­tan qui hait l’élec­tri­ci­té, fait alors place pour son fils Qa­bous, le­quel est épau­lé par les Bri­tan­niques et les Ira­niens. Qua­bous est en­core sul­tan au­jourd’hui. Le FLD a été ba­layé. Ce qui frappe, dans le film, c’est l’in­té­rêt ac­cor­dé aux femmes : Heiny Srour, de­puis, a si­gné plu­sieurs films fé­mi­nistes (« Femmes du Viet­nam », 1998 ; « Wo­men Glo­bal Strike », 2000). « L’heure de la li­bé­ra­tion a son­né » est aus­si un mo­ment unique dans l’his­toire du ci­né­ma : on pen­sait alors que, dans la fou­lée de Mai-68, le do­cu­men­taire pou­vait ser­vir aux luttes d’éman­ci­pa­tion, et être une arme. Ce fut un beau rêve, dont ce film se fait l’écho loin­tain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.