LA VILLE MONDE

Ten­ta­cu­laire, loin des grands pôles tou­ris­tiques, “Ca­sa” n’en de­meure pas moins le la­bo­ra­toire du Ma­roc mo­derne. Elec­trique et vi­brante

L'Obs - - Tendances - — par ÉLIE VILLETTE

Pre­mière es­cale, dans les an­nées 1920, des lignes de l’Aé­ro­pos­tale fré­quen­tées par Mer­moz et Saint-Exu­pé­ry, Ca­li­for­nie fan­tas­mée du monde arabe dans les an­nées 1950 et 1960, Ca­sa­blan­ca a ins­pi­ré tous les imaginaires. Gi­gan­tesque et as­sour­dis­sante, ter­rain d’ex­pé­ri­men­ta­tion ar­chi­tec­tu­rale (Art nou­veau, néo­clas­sique, Art dé­co, fonc­tion­na­liste), elle est aus­si l’em­blème de la contre­cul­ture ma­ro­caine contem­po­raine. Hap­pe­nings ar­tis­tiques dans d’an­ciens abat­toirs re­con­ver­tis en es­paces créa­tifs, nuits élec­tro­niques sous les nefs de l’an­cienne église du Sa­cré-Coeur et ate­liers de street-ar­tistes dans le quar­tier Hay Mo­ham­ma­di, en passe de de­ve­nir une sorte de nou­veau Brook­lyn. Cô­té plage ou cô­té ville, Ca­sa­blan­ca fait son ci­né­ma.

EN VOI­TURE SI­MONE !

D’abord, louer un ca­brio­let pour rou­ler sous un so­leil ra­sant, le long des très hol­ly­woo­diennes al­lées de pal­miers de la col­line d’An­fa, avec ses vil­las aux faux airs ca­li­for­niens. Cap en­suite sur la my­thique Cor­niche, fer­mée au nord par la mos­quée Has­san II – la plus haute au monde – et, au sud, par le plus grand shop­ping mall d’Afrique. Avec ses pal­miers, ses res­tau­rants, ses night-clubs, ses bars de plage, la Cor­niche reste le spot diurne et noc­turne des fa­milles riches de « Ca­sa ». On pré­fé­re­ra aux clubs guin­dés et bé­ton­nés – Tro­pi­ca­na, Ta­hi­ti Beach Club, Mia­mi Beach –, la plage 13 aux al­lures de spot de surf, où les ga­mins des bi­don­villes ont mon­té leur propre école de glisse.

Aïn Diab Surf School, porte 13, bou­le­vard de l’Océan-At­lan­tique

BIÈRE OU FOIE GRAS ?

Il y a le fa­meux pou­let-frites ac­com­pa­gné, pour quelques di­rhams, de son as­siette de len­tilles chez El Fas­si, dans le quar­tier po­pu­laire de Mers Sul­tan. Ou le foie gras de ca­nard – éle­vé de­puis plus de trente ans dans la cam­pagne ca­saoui par Mme Kab­baj – ser­vi poê­lé, lui aus­si sur des len­tilles, dans le res­tau­rant fa­mi­lial du quar­tier Ra­cine. Pour l’apé­ro, di­rec­tion le zinc du Ti­tan dans l’an­cienne mé­di­na où la jeu­nesse ar­ty si­rote sa bière Ca­sa­blan­ca. La jeu­nesse do­rée, elle, opte pour un cock­tail à la fram­boise frap­pé à la Mai­son B, sur la Cor­niche, ou, en­core plus chic, pour la ter­rasse en lé­vi­ta­tion au-des­sus des vagues de l’em­blé­ma­tique res­tau­rant Ca­bes­tan.

El Fas­si, rond-point de Mers Sul­tan ; F. Kab­baj, 30 rue des Arènes ; Ti­tan, 26 ave­nue Has­san-Se­ghir ; Mai­son B, 5, rue de la Mer-Adria­tique ; Le Ca­bes­tan, 90, bou­le­vard de la Cor­niche CHAMBRE SUR L’OCÉAN

A che­val sur la Cor­niche, le tout nou­veau Four Sea­sons Ho­tel Ca­sa­blan­ca s’ap­pré­cie au son des vagues et dans l’ombre des mou­cha­ra­biehs contem­po­rains. Dans cette oa­sis ur­baine de 186 chambres – les plus spa­cieuses de la ville – en cas­cade sur l’At­lan­tique, on ne man­que­ra pas son res­tau­rant si­gna­ture, Bleu, et sa raie ser­vie avec son jus de cuis­son de boeuf, ou en­core son ham­mam an­ti-jet lag, avec sa­von noir à l’eu­ca­lyp­tus et menthe blanche. On fi­ni­ra par quelques brasses dans la pis­cine chau ée lon­geant l’Océan ou sur la ter­rasse avec vue plon­geante sur la mer et le phare cen­te­naire d’El Hank.

À par­tir de 230 € la nuit, www.four­sea­sons.com/ca­sa­blan­ca

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.