ILS SONT AR­MÉS ET ILS LE DISENT

L'Obs - - Grand Formats - CA­RO­LINE MICHEL

Alain Mar­saud ne s’en cache pas : il lui ar­rive de plus en plus sou­vent de sor­tir avec son arme sur lui, un Colt M4. « En juillet der­nier, j’ai re­trou­vé mon por­tail peint avec du sang ani­mal et mar­qué d’ins­crip­tions en arabe. J’ai dé­ci­dé de prendre mes pré­cau­tions. Je n’ai pas en­vie de fi­nir égor­gé comme les po­li­ciers de Ma­gnan­ville », plaide l’an­cien ma­gis­trat an­ti­ter­ro­riste et dé­pu­té LR des Fran­çais de l’étran­ger. Alain Mar­saud n’a pas le droit de por­ter cette arme au quo­ti­dien. En tant que vi­ce­pré­sident du club de tir de la po­lice na­tio­nale, il a un per­mis de dé­ten­tion d’arme qui l’au­to­rise seule­ment à se rendre à son club de tir ha­bi­tuel avec son fu­sil. « J’ai fait une dé­cla­ra­tion au­près du pré­fet de po­lice pour pré­ve­nir que je sor­tais par­fois ar­mé, mais ce­la ne m’y au­to­rise nul­le­ment », re­con­naît-il. Le su­jet n’est plus ta­bou. De plus en plus de per­son­na­li­tés du monde ju­di­ciaire ou po­li­tique en parlent dé­sor­mais ou­ver­te­ment. A l’image de Michel Cha­rasse, qui n’hé­site pas à ex­hi­ber l’arme en­fer­mée dans le coffre-fort de son bu­reau au Con­seil consti­tu­tion­nel. Pour ses dé­fen­seurs, le port d’arme est une al­ter­na­tive à l’em­ploi d’un garde du corps. Xa­vier Ber­trand, me­na­cé après son élection à la tête de la ré­gion Nord-Pasde-Ca­lais-Pi­car­die, a fait une de­mande au­près du mi­nis­tère de l’In­té­rieur pour que son chef ad­joint de ca­bi­net, an­cien membre du ser­vice de pro­tec­tion des hautes per­son­na­li­tés, soit à nou­veau au­to­ri­sé à por­ter une arme pour le pro­té­ger. S’es­ti­mant éga­le­ment me­na­cé, le dé­pu­té fran­co-is­raé­lien Meyer Ha­bib s’ap­prête lui aus­si à dé­po­ser une de­mande de per­mis de port d’arme… mais pour son propre compte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.