Il y va !

L'Obs - - L'infographie -

Le doute n’est plus per­mis. Em­ma­nuel Ma­cron se­ra can­di­dat à la pré­si­den­tielle de 2017, quoi qu’il ar­rive, que Hol­lande soit, ou non, dans la course. C’est le sens de l’interview ex­clu­sive qu’il ac­corde à « l’Obs ». Pour la pre­mière fois, le fon­da­teur d’En Marche! entre dans le dé­tail de son pro­jet et lance le dé­bat. Les me­sures qu’il pro­pose, no­tam­ment en ma­tière so­ciale, de­vraient faire ré­agir. Sur­tout à gauche… Fin des 35 heures pour les jeunes, du­rée lé­gale du tra­vail moindre après 55 ans, mais na­tio­na­li­sa­tion de l’Une­dic, ou droit au chô­mage en cas de dé­mis­sion : comme sou­vent, l’an­cien mi­nistre de l’Eco­no­mie souffle le chaud et le froid, va­leurs pro­gres­sistes et me­sures li­bé­rales. Il n’est pas membre du Par­ti so­cia­liste, mais il re­ven­dique son ap­par­te­nance à la gauche, plus for­te­ment en­core de­puis que pro­gresse l’in­cer­ti­tude sur la can­di­da­ture du pré­sident sor­tant. Sou­cieux de « ne pas bou­ger sur les va­leurs », se dé­mar­quant de Hol­lande sur l’iden­ti­té de la France qui ne se­rait pas « une idée », mais « une vo­lon­té », Ma­cron en­tend oc­cu­per un es­pace cen­tral sur l’échi­quier po­li­tique. Après l’interview de Fran­çois Hol­lande le mois der­nier et celle d’Em­ma­nuel Ma­cron au­jourd’hui, notre jour­nal éclai­re­ra ses lec­teurs, dans les se­maines et les mois à ve­nir, sur le pro­gramme de tous les can­di­dats à l’élec­tion pré­si­den­tielle, à com­men­cer bien sûr par les pré­ten­dants à la pri­maire de la gauche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.