THE SHOW MUST GO ON !

L'Obs - - Grand Formats - GRÉ­GOIRE LEMÉNAGER

Peu après le si­nistre 13 no­vembre 2015, la meilleure ri­poste aux cré­tins de Daech était peut-être ve­nue d’Aus­tra­lie, sous la forme d’une chan­son de The Cat Em­pire : « Ba­ta­clan va lut­ter », ânon­nait le re­frain dans un fran­çais aus­si cha­leu­reux qu’ap­proxi­ma­tif. Nous y sommes. Le Ba­ta­clan, qui a tou­jours su re­naître de ses cendres de­puis son ou­ver­ture en 1865, le Ba­ta­clan, où se sont pro­duits aus­si bien les Clash et le Vel­vet Un­der­ground que Mau­rice Che­va­lier, Buf­fa­lo Bill, les Gla­dia­tors, Afri­ka Bam­baa­taa, Vincent De­lerm, Alain Ba­shung, Jeff Bu­ck­ley ou Stro­mae, le Ba­ta­clan, qui n’est pas pour rien do­mi­ci­lié au 50 bou­le­vard Voltaire, est dé­ci­dé à re­de­ve­nir ce qu’il a tou­jours été : « Le re­flet de la culture et de l’art de vivre de Paris, dit le jour­na­liste Ber­trand Di­cale. Avec à la fois plus de fer­veur et plus d’hu­mi­li­té que ja­mais. » Les choses n’ont pour­tant pas été simples. Cer­tains ar­tistes ont re­fu­sé, comme Fran­cis Ca­brel (« c’est trop de dou­leurs, trop d’émo­tions, trop de mal­heurs dans un même en­droit. C’est au-des­sus de mes forces d’al­ler y jouer »). Il a été ques­tion de re­dé­mar­rer avec The Cure, pas­sés par la case Ba­ta­clan en 1979 et en 1996. Puis la salle de­vait rou­vrir le 16 no­vembre, avec l’im­pré­vi­sible Pete Do­her­ty. Ce se­ra fi­na­le­ment dès le 12, avec Sting, ex-lea­der du groupe Po­lice – ceux qui ont en­core le coeur à plai­san­ter disent qu’il y au­ra ain­si « un peu de Po­lice sur scène ». Les bé­né­fices se­ront ver­sés aux as­so­cia­tions de vic­times, Life for Paris et 13 No­vembre : Fra­ter­ni­té et Vé­ri­té. Beau­coup de beau monde est en­suite at­ten­du : entre Youssou N’Dour, Yael Naim, les Toua­regs de Ti­na­ri­wen, l’élec­tro de Laurent Gar­nier, le gros funk de FFF, le rap de MZ ou en­core la grande Ma­rianne Fai­th­full, pour qui « la mu­sique peut pan­ser les plaies », la pro­gram­ma­tion se veut ou­verte à tous les ho­ri­zons. Mais ce 12 no­vembre, en pré­sence des Eagles of Death Me­tal qui s’y trou­vaient quand les ka­lach­ni­kovs ont re­ten­ti, l’am­biance se­ra au re­cueille­ment dans la salle mar­tyre. Et c’est au Tria­non qu’on pour­ra en­tendre The Cat Em­pire chan­ter « Ba­ta­clan va lut­ter ». Si on a le coeur à ça ce soir-là.

La nou­velle fa­çade du Ba­ta­clan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.