Les sept dé­bon­naires

LES DER­NIERS LI­BER­TINS, PAR BENEDETTA CRAVERI, FLAM­MA­RION, 670 P., 26 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - LAURENT LE­MIRE

Ils sont sept, comme les ar­changes ou les pé­chés ca­pi­taux. Benedetta Craveri (uni­ver­si­té Suor Or­so­la Be­nin­ca­sa de Naples) les a choi­sis parce qu’ils furent les der­niers li­ber­tins. A suivre les des­ti­nées du duc de Lau­zun, du comte et du vi­comte de Sé­gur, du duc de Bris­sac, du che­va­lier de Bou ers, du comte de Nar­bonne ou de ce­lui de Vau­dreuil, on com­prend mieux ce qui se cache chez ses sept dé­bon­naires. Mêmes mi­lieux, mêmes in­té­rêts et sou­vent mêmes femmes. On y croise Tal­ley­rand, Cham­fort et le prince de Ligne, le cy­nique, le mo­ra­liste et l’épi­cu­rien qui échan­ge­raient bien leurs rôles, mais ne sa­cri­fie­raient pas leur confort pour la li­ber­té d’un bon mot. Dans cette pe­tite so­cié­té où cha­cun fi­nit par res­sem­bler à l’image qu’il se fait de lui-même s’agitent les feux ul­times d’une aris­to­cra­tie qui s’e ace dans le tour­billon ré­vo­lu­tion­naire comme le montre le der­nier cha­pitre consa­cré à 1789. At­ti­rés par les Lu­mières comme le sont les pa­pillons de nuit par les bou­gies, presque tous sa­luèrent la Ré­vo­lu­tion dont ils s’éloi­gnèrent après la dé­ca­pi­ta­tion du roi. D’une plume agile, Benedetta Craveri brosse les por­traits des der­niers re­pré­sen­tants d’une ci­vi­li­sa­tion aris­to­cra­tique dont ils avaient conscien­cieu­se­ment, dans le faste, l’in­sou­ciance et les plai­sirs, ac­cé­lé­ré la chute.

Por­trait du duc de Bris­sac, 1791.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.