DER­NIÈRES NOU­VELLES DU COS­MOS PAR JU­LIE BER­TUC­CEL­LI

L'Obs - - Critiques - P. M.

Do­cu­men­taire fran­çais (1h25). Hé­lène au­ra bien­tôt 30 ans, elle est au­tiste, elle ne parle pas. Usant de lettres plas­ti­fiées qu’elle dis­pose de sorte qu’elles forment des mots, elle écrit. Et ce qu’elle écrit est si­dé­rant. Phrases ful­gu­rantes, poèmes éblouis­sants (un de ses textes s’in­ti­tule « Al­go­rithme épo­nyme »), qu’elle signe du nom de Ba­bouillec. Et sans une faute d’or­tho­graphe, elle qui n’a connu d’autre école que la ma­ter­nelle pen­dant six mois. Un mys­tère de­vant le­quel les plus sa­vants re­con­naissent leur in­com­pré­hen­sion. Face au por­trait d’Hé­lène « Ba­bouillec », fil­mé avec art par Ju­lie Ber­tuc­cel­li, tou­jours à bonne dis­tance, le re­gard tou­jours juste, on ne se sent ca­pable que de re­prendre les mots de cette jeune femme pro­pre­ment unique. Ceux-ci, par­mi d’autres, à l’adresse de la réa­li­sa­trice en cours de tour­nage : « Le film usé de nos scé­na­rios so­ciaux sa­ture les en­vies énig­ma­tiques. L’oeil go­gue­nard de ta ca­mé­ra filme tout bas le haut de nos êtres. J’adore. » Comment ne pas ado­rer Ba­bouillec, « ora­teur sans fron­tière in­ter­dit de pas­se­port »…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.