Fal­lait-il l’in­vi­ter?

ATROCITY EX­HI­BI­TION, PAR DAN­NY BROWN (WARP).

L'Obs - - Critiques - DA­VID CAVIGLIOLI

Les rap­peurs at­teignent sou­vent leurs som­mets sur les disques des autres. In­vi­tés pour un cou­plet, ils sont plus à l’aise. Ils n’ont pas à faire oeuvre. Ils n’ont pas la mai­son de disques sur le dos. Ils peuvent gri­ma­cer li­bre­ment. Chaque époque a son roi du fea­tu­ring. Ja­dis, ç’a été Emi­nem. Ces temps-ci, il est rare qu’un disque de rap amé­ri­cain sorte sans son « La­mar track » : une chan­son, sem­blable aux autres, mais aug­men­tée d’un 16-rimes de Ken­drick La­mar. Ci­tons, ré­cem­ment, « Wat’s Wrong » sur l’ex­cellent al­bum d’Isaiah Ra­shad, et « Real­ly Doe » sur ce­lui de Dan­ny Brown. Sur ces deux mor­ceaux, le Ca­li­for­nien se fend de per­for­mances exu­bé­rantes. En­voyer un car­ton d’in­vi­ta­tion à La­mar a l’air d’une bonne idée. En trois al­bums, il a tout bou­le­ver­sé. Le pres­tige de son nom conta­mine la puis­sance in­vi­tante. Mais les rap­peurs de­vraient s’en mé­fier. Ils souffrent de la com­pa­rai­son. La vi­site de La­mar n’est pas une vi­site de cour­toi­sie. Il im­pose une in­ten­si­té qu’ils ne peuvent pas suivre, même le luxu­riant Dan­ny Brown. Quand l’in­vi­té se re­tire, l’hôte a sou­dain l’air nul.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.