Cinq sta­tions pour le prix d’une

Rien ne res­semble à Flaine, ni à son do­maine du Grand-Mas­sif, qui re­lie Sixt-Fer-àC­he­val, Sa­moëns, Mo­rillon et Les Car­roz. Pour des am­biances toutes dif­fé­rentes

L'Obs - - Spécial Neige - Par CLAUDE SOU­LA

En­vie d’un en­droit loin de tout, au fond d’une val­lée ? Sixt-Fer-à-Che­val vous tend les bras. Vous pré­fé­rez une sta­tion à l’am­biance tra­di­tion­nelle et calme ? Sa­moëns ou Mo­rillon sont idéaux. Vous êtes ten­té par un vil­lage en al­ti­tude, tou­jours très sa­voyard ? Alors, di­rec­tion Les Car­roz. Et puis, il y a celle qui ne res­semble à au­cune autre sta­tion fran­çaise : Flaine, une ex­pé­rience qui vaut le dé­pla­ce­ment.

Les ama­teurs de mon­tagne connaissent dé­jà par coeur la lé­gende de la sta­tion : un beau jour des an­nées soixante, Eric Bois­son­nas, un in­gé­nieur fou de ski, dé­couvre en ran­don­nant un cirque splen­dide et sau­vage, taillé dans le roc cal­caire, et aux su­perbes pentes. Il n’y a là que quelques fermes. Eric Bois­son­nas est lié, par sa femme, à l’une des fa­milles fran­çaises les plus riches et éclai­rées de l’époque, les Schlum­ber­ger, pour les­quels tout est pos­sible. Ils dé­cident de bâ­tir une fo­lie ar­chi­tec­tu­rale, dont ils confient les clés à l’hé­ri­tier du Bau­haus, Mar­cel Breuer. C’est ain­si que naî­tra la plus dis­cu­tée des sta­tions fran­çaises, en 1968. Un en­semble sans conces­sion d’im­meubles de bé­ton, dont le gris ré­pond aux roches qui les en­tourent, ne ju­rant ja­mais sur la neige. Une Bra­si­lia à la fran­çaise, comme l’es­prit d’in­no­va­tion des an­nées d’après-guerre a su en sus­ci­ter, éco­lo avant l’heure par les so­lu­tions tech­niques qu’elle avait adop­tées, et ter­ri­ble­ment pra­tique (on ar­rive skis aux pieds dans tous les bâ­ti­ments « his­to­riques »).

Au­jourd’hui, Flaine, ce sont des im­meubles clas­sés mo­nu­ments his­to­riques, que les ar­chi­tectes ad­mirent, et une am­biance cer­ti­fiée an­ti-bling-bling : au­cune bou­tique de luxe, au­cun pa­lace, mais des au­berges de jeu­nesse, des ré­si­dences et des hô­tels-clubs qui ac­cueillent tous les ama­teurs de ski. L’am­biance est simple mais la cul­ture oc­cupe une place im­por­tante grâce à un au­di­to­rium de 500 places qui ac­cueille des concerts clas­siques (la plu­part gra­tuits). Des sculp­tures géantes de Pi­cas­so ou Du­buf­fet sont plan­tées dans la neige. Flaine a été dé­tes­tée dans les an­nées 2000, mais elle connaît un re­gain d’amour, grâce à la nou­velle vogue de ce style se­ven­ties.

Pour ceux qui dé­testent le bé­ton, Flaine s’est aus­si do­tée de sa­tel­lites qui font la part belle au bois : tout en hau­teur, les ré­si­dences du Ha­meau, près du col de la Pierre car­rée (1 844 m), ra­vi­ront les ama­teurs d’es­prit scan­di­nave, et en des­sous, le lieu-dit Les Gé­rats vise une clien­tèle qui aime le confort et le luxe : ou­verte il y a un an, la ré­si­dence Pierre et Va­cances Pre­mium Les Ter­rasses d'Hé­lios est son porte-dra­peau.

Le plus : l’ac­cès au Grand-Mas­sif, le 5e plus grand do­maine skiable des Alpes, très bien en­nei­gé. Au som­met du té­lé­phé­rique des Grandes Pla­tières, à 2 480 mètres d’al­ti­tude, on peut dé­jeu­ner en ad­mi­rant les plus beaux som­mets, y com­pris le mont Blanc, et se lan­cer en­suite dans l’aven­ture de la piste des Cas­cades - ac­ces­sible à tous les ni­veaux -, of­frant des vues ma­gni­fiques et vous condui­sant jus­qu’au bout du do­maine skiable, au vil­lage de Sixt. Les ama­teurs de ski de fond ne sont pas ou­bliés non plus : ils peuvent même s’en­traî­ner avec les chas­seurs al­pins, sta­tion­nés en haut du col de la Pierre car­rée, pour voir si leur souffle est tou­jours d’at­taque.

Long­temps dé­criée pour son style bé­ton­né, la Bra­si­lia des Alpes connaît au­jourd’hui un re­tour en grâce.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.