Ba­las­ko dans la poisse

LA FEMME ROMPUE, D’APRÈS SI­MONE DE BEAU­VOIR. JUS­QU’AU 31 DÉ­CEMBRE, PUIS EN TOUR­NÉE. BOUFFES DU NORD, PARIS-10E, 01-46-07-34-50.

L'Obs - - Critiques - J. N.

Il ne s’agit pas de la nou­velle qui donne son nom au re­cueil pu­blié par Beau­voir en 1967, mais d’une autre, ti­rée du même livre, in­ti­tu­lée « Mo­no­logue ». C’est en ef­fet un so­li­loque. Ce­lui d’une femme qui se re­trouve seule chez elle quand toute la ville ré­veillonne. Son ma­ri? Par­ti. Sa fille? Sui­ci­dée. Son fils ? On lui en a retiré la garde. Alors cette grande bles­sée s’abandonne au déses­poir et crache des in­jures dans le vide. On se ré­jouis­sait de voir Jo­siane Ba­las­ko échap­per à l’image de dra­gon que lui ont for­gée les rôles de Mme Mus­quin (« Le père Noël est une or­dure ») ou Ma­rie-Jo (« Ga­zon mau­dit »), mais Hé­lène Fillières, qui la di­rige, n’a pas su, pas pu ou pas vou­lu l’en éloi­gner. Le per­son­nage trai­tant sou­vent les autres de cons ou de sa­lauds, Ba­las­ko re­prend le ton pois­sard qui est sa marque de fabrique. Comme s’il n’y avait que le bas peuple pour ar­go­ter. Ce­la rend son jeu af­freu­se­ment mo­no­tone.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.