LE JOUR OÙ “AMA­ZON PRIME NOW” EST EN­TRÉ DANS PARIS…

L'Obs - - Business - CO­RINNE BOUCHOUCHI

Juin 2016 : coup de ton­nerre sur la ca­pi­tale ! Ama­zon lance un ser­vice de li­vrai­son ul­tra­ra­pide de pro­duits usuels et de den­rées ali­men­taires, y com­pris frais et sur­ge­lés. De quoi faire trem­bler toutes les su­pé­rettes de la ville. Anne Hi­dal­go, qui dé­couvre au der­nier mo­ment le pot aux roses, se fend d’un com­mu­ni­qué ra­geur en plein re­pos do­mi­ni­cal. La maire dé­nonce, pêle-mêle, des risques sur la pollution, la qua­li­té de vie des ri­ve­rains, les com­merces de proxi­mi­té et le bien-être des sa­la­riés. Diantre. Six mois plus tard, au 3, bou­le­vard Ney (18e ar­ron­dis­se­ment), dans un long bâ­ti­ment ty­pé an­nées 1970, Ama­zon four­bit son of­fen­sive Prime Now. Un ser­vice qu’il pour­rait étendre à toutes les grandes villes, comme il l’a fait à l’étran­ger ! De l’ex­té­rieur, rien à si­gna­ler : pas de tra­vailleurs ex­té­nués sur le trot­toir, pas de bal­let in­fer­nal de ca­mion­nettes Die­sel. Pas non plus d’en­seigne ap­pa­rente : l’en­tre­pôt au nom de sou­coupe vo­lante – UFR1 (pro­non­cez « one ») – oc­cupe le troi­sième étage d’un im­meuble lamb­da. Sur 4 000 mètres car­rés, avec 160 opé­ra­teurs – in­té­ri­maires de Noël com­pris – UFR1 est la ver­sion mi­nia­ture de ce que le lea­der mon­dial du e-com­merce fait de mieux : ré­cep­tion­ner, sto­cker et li­vrer le plus ra­pi­de­ment pos­sible les ar­ticles com­man­dés par ses abon­nés « Pre­mium » fran­ci­liens. En deux heures gra­tui­te­ment, et en une heure dans cer­tains ar­ron­dis­se­ments contre 5,90eu­ros . Le tout de 8 heures à 22 heures. (mi­nuit pen­dant les fêtes), 7 jours sur 7… même le 24 dé­cembre ! Dans l’en­tre­pôt pa­ri­sien aux 20 000 ré­fé­rences, rien n’est lais­sé au ha­sard. Pour un dé­lai de li­vrai­son en une heure, les opé­ra­teurs ont 15 mi­nutes pour s’as­su­rer que les mar­chan­dises sont char­gées dans les uti­li­taires de deux pres­ta­taires ex­té­rieurs, qui de­vront ache­mi­ner la com­mande à temps, même avec les em­bou­teillages. Le cal­cul est ser­ré, mais la promesse doit être te­nue : « S’il faut mettre 6 per­sonnes sur une com­mande pour qu’elle sorte à temps, on n’hé­si­te­ra pas », as­sure Tou­fik Med­dour, res­pon­sable du site. La mai­rie de Paris – mais sur­tout la concur­rence – a rai­son de s’in­quié­ter. Car en s’at­ta­quant à l’ali­men­taire avec ses mé­thodes éprou­vées, Ama­zon pour­rait dé­sta­bi­li­ser la grande dis­tri­bu­tion à la fran­çaise dans les cen­tres­villes, sa nou­velle cible de crois­sance. Car­re­four vient tout juste de lan­cer à Paris et à Neuilly une ap­pli de li­vrai­son en une heure ou par cré­neau de trente mi­nutes. Sans abon­ne­ment mais contre 4,95 eu­ros. Pas ques­tion pour le dis­tri­bu­teur de sa­cri­fier sa ren­ta­bi­li­té. Un pa­ri ris­qué ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.