On en parle Le phé­no­mène des livres de cui­sine

L'Obs - - Sommaire -

C’est un pe­tit mi­racle qui s’est pro­duit l’an­née pas­sée et qui n’en fi­nit plus de s’éti­rer en­core aujourd’hui. La sor­tie, ni vue ni connue, dé­but sep­tembre 2015, du livre « Sim­plis­sime. Le livre de cui­sine le plus fa­cile du monde », de Jean-Fran­çois Mal­let, en rup­ture de stock en deux se­maines, a bous­cu­lé le pe­tit monde de l’édi­tion cu­li­naire avec ses 345 000 exem­plaires ven­dus à ce jour. La re­cette est simple, pas plus de six lignes de texte, six in­gré­dients maxi­mum et une photo (non re­tou­chée) du plat réa­li­sé. Les man­chots de la cas­se­role s’en sont em­pa­rés, éblouis et… re­con­nais­sants. « Des lec­teurs disent que mon livre a chan­gé leur vie, que leurs en­fants les re­gardent au­tre­ment, que leur femme leur re­parle… », rit l’au­teur, en­core ébau­bi par son suc­cès, qui pen­sait « en vendre juste 25 000 ».

Ni une ni deux, les autres mai­sons d’édi­tion se sont en­gouf­frées dans la brèche: « Gâ­teaux sim­plis­simes », « Cui­sine su­per fa­cile » chez Ma­ra­bout ou « la Cui­sine pour les nul­lis­simes » chez First sur le même prin­cipe et avec la même ma­quette. Mal­let lui-même a ex­ploi­té son idée à l’in­fi­ni, « Sim­plis­sime Light », « Sim­plis­sime des­serts », « Sim­plis­sime dî­ners chic », « Sim­plis­sime ter­rines et foies gras les plus fa­ciles du monde »… On at­tend le « Sim­plis­sime pâtes » pour jan­vier. « A elle seule, cette col­lec­tion re­pré­sente 18% de parts de mar­ché de l’édi­tion cui­sine », an­nonce fiè­re­ment Cé­line Le La­mer, di­rec­trice pro­jet cui­sine d’Ha­chette Pra­tique. Bonne nou­velle pour un mar­ché qui pa­ti­nait de­puis quelques an­nées.

Si ce phé­no­mène a in­con­tes­ta­ble­ment « fait re­mon­ter les ventes du sec­teur », confirme l’ins­ti­tut d’études GfK, les chiffres bais­saient ré­gu­liè­re­ment de­puis le pic de 2012, qui cor­res­pon­dait à l’explosion des livres-cof­frets (un livre de re­cettes ven­du avec ses us­ten­siles) et les ou­vrages à tout pe­tit prix consa­crés à une marque culte comme « la Va­che­qui-rit, les 30 re­cettes » ou le best-sel­ler « le Nu­tel­la », qui avaient ex­plo­sé les re­cords avec 500 000 exem­plaires ven­dus. Jus­qu’à sa­tu­ra­tion.

L’examen à la loupe des tout der­niers chiffres, de jan­vier à oc­tobre 2016, montre une re­mon­tée en va­leur de 10%, mais pa­ral­lè­le­ment le sec­teur ac­cuse une baisse en vo­lume de 3%. « Moins de livres ache­tés, mais plus chers », tra­duit GfK. Comme un re­tour de ba­lan­cier, les lec­teurs se dé­tournent du cheap pour al­ler vers le « beau-livre », à la cou­ver­ture lé­chée et au pa­pier luxueux, comme le par­fait cof­fee table book, qui, comme son nom l’in­dique, res­te­ra sur­tout sur la table basse du sa­lon.

Pé­riode de Noël oblige, « ce sont ef­fec­ti­ve­ment ces beaux livres qui se vendent en ce mo­ment », pour­suit l’ex­pert de l’ins­ti­tut. Même constat du cô­té de La Li­brai­rie gour­mande, à Paris: « Le livre de chef à 50 eu­ros fonc­tionne bien chez moi », ren­ché­rit sa pro­prié­taire, Dé­bo­rah Du­pont, en dé­si­gnant la dernière sor­tie qui de­vrait faire un car­ton, le « Jean-Fran­çois Piège pour tous » : une sorte de « Piège pour les nuls » qui nous pro­met « des re­cettes su­per fa­ciles pour faire aus­si bien que le chef ».

Dans son re­paire de connais­seurs, la li­braire sort de l’éta­gère son chou­chou de l’an­née, le « Chan­ger d’as­siette » de Ke­da Black, une sorte de ré­ponse fu­tée à l’an­goisse qui étreint le man­geur de frites à l’idée de cui­si­ner des lé­gumes an­ciens. « C’est la ten­dance dé­jà bien amor­cée de la cui­sine san­té qui va conti­nuer de plus belle en 2017. » Après le suc­cès du « Charme dis­cret de l’in­tes­tin », on ne compte plus les bou­quins consa­crés à la fer­men­ta­tion et son ac­tion bé­né­fique sur nos boyaux. Dé­tox et su­per-ali­ments sont les nou­veaux man­tras por­tés par les mes­sages sa­ni­taires au­tour de l’ali­men­ta­tion. Le thème de la cui­sine saine a dou­blé son nombre de ré­fé­rences et de­vrait conti­nuer à trus­ter les pre­mières places des clas­se­ments.

Le livre de re­cettes a donc en­core de beaux jours de­vant lui. La rup­ture de trans­mis­sion des soixante-hui­tards, pour qui mi­cro-ondes et sur­ge­lés ont ri­mé avec éman­ci­pa­tion hors des cui­sines, a eu pour consé­quence la nais­sance d’« une nou­velle gé­né­ra­tion qui ar­rive à l’âge adulte sans sa­voir cui­si­ner alors même que le fait mai­son, consé­quence des nou­veaux mes­sages nu­tri­tion­nels, est de­ve­nu le “saint du sain” », re­lève Dé­bo­rah Du­pont. Pas éton­nant, comme l’as­sure Jean-Fran­çois Mal­let, que « les mères glissent su­brep­ti­ce­ment un exem­plaire de “Sim­plis­sime” dans le trous­seau de leurs en­fants ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.