La dinde de Noël

BEAU­TÉ CA­CHÉE, PAR DA­VID FRAN­KEL. DRAME AMÉ­RI­CAIN, AVEC WILL SMITH, ED­WARD NOR­TON, KATE WINS­LET, KEI­RA KNIGHT­LEY, HE­LEN MIR­REN (1H34).

L'Obs - - Critiques - N. S.

At­ten­tion, pud­ding de Noël ! Will Smith (photo) tient une agence de pub avec ses amis Kate Wins­let, Ed­ward Nor­ton et Mi­chael Pe­na. C’est un win­ner, un ca­pi­ta­liste co­ol. En­fin, c’était avant la mort de sa fille de 6 ans. De­puis, il vé­gète tel un zom­bie tout juste bon à fa­bri­quer des mon­tagnes de do­mi­nos dans son bu­reau et à en­voyer des lettres au Temps, à l’Amour et à la Mort (sic) pour leur dire leurs quatre vé­ri­tés. Qu’à ce­la ne tienne, ses as­so­ciés en­gagent trois co­mé­diens (un pour in­car­ner le Temps, un autre, l’Amour, un troi­sième, la Mort) afin de lui re­don­ner goût à l’exis­tence – et, au pas­sage, sau­ver leur boîte. Car la vie est belle, plus belle que la mort, et elle res­semble à un spot de pub. Tremble, Ca­pra! « Rien n’est ja­mais vrai­ment mort si on re­garde bien », phi­lo­sophe un des faux anges gar­diens du film. Rien, sauf cette fable tire-larmes au sym­bo­lisme va­seux et aux twists de scé­na­rio ar­ti­fi­ciels.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.