LA VAL­LÉE DES LOUPS

L'Obs - - Critiques - ANNE CRIGNON

PAR JEAN-MI­CHEL BER­TRAND Do­cu­men­taire fran­çais (1h30).

Ce film sort au mo­ment où Gal­li­mard offre la Pléiade à Jack Lon­don. Or « la Val­lée des loups » est un film lon­do­nien. Tout se dé­roule dans le « grand si­lence blanc » cher à l’écri­vain, qui voyait une di­men­sion mé­ta­phy­sique dans les dé­serts en­nei­gés et l’in­vi­sible pré­sence des loups. Jean-Mi­chel Ber­trand sait aus­si qu’« une par­tie des ré­ponses aux ques­tions fon­da­men­tales se trouve là ». Là, c’est une val­lée des Alpes dont il tai­ra le nom. Il y est res­té trois ans, à at­tendre que se pro­duise l’im­pro­bable : la ren­contre mi­ra­cu­leuse avec des loups sau­vages, dans leur mi­lieu na­tu­rel. Des mois dans une tente, sous un même ro­cher, de l’aube au cré­pus­cule, été comme hi­ver, par­fois dans la tem­pête, en com­pa­gnie des chouettes che­vêches. Le film est l’his­toire de cette at­tente. Comme il ne se passe rien, tout peut arriver, et ce­la com­pose un in­croyable sus­pense tan­dis que le spec­ta­teur se sent pous­ser des ailes. Splen­dide.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.